L’artiste peintre Mahjoub Ben Bella n’est plus

Une autre étoile de l’art algérien s’est éteinte jeudi dernier. Il s’agit de l’artiste peintre Mahjoub Ben Bella.

Né le 20 Octobre 1946 à Maghnia, l’artiste députe ses études à l’école des Beaux-Arts d’Oran. Puis, à l’âge de 19 ans, il quitte le pays en direction de la France afin de poursuivre ses cours dans l’Ecole des Beaux-Arts de Tourcoing.

« C’est toujours un drame de vivre éloigné du pays. J’aurais aimé faire des allers retours. Il y a eu un interdit. Je n’en connais pas la raison. J’ai quitté ma famille jeune. Je suis parti dans un pays dont je ne connaissais même pas la langue. Cela a été pénible pour moi. J’étais dans le froid. J’avais oublié de prendre avec moi mes vêtements chauds. A l’époque, en 1965, j’étais étudiant aux Beaux-arts. Je suis parti poursuivre mes études », racontait-il.

Il marque également son passage dans d’autres écoles d’arts françaises, notamment l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris ainsi que l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de la même ville. Il enseigne par la suite à l’Ecole des Beaux-Arts de Cambrai pour revenir à Tourcoing pour y aménager son atelier vers 1975.

Ses peintures s’inscrivent dans un style abstrait et très coloré, beaucoup d’entre elles s’inspirent de la calligraphie arabo-musulmane. Ses œuvres figurent dans les plus grandes collections publiques et privées : au British Museum, à l’Institut du Monde Arabe, au musée de la Piscine ou encore au MUba de Tourcoing.

L’artiste laisse son empreinte dans la station métro de Colbert à Tourcoing avec une fresque murale de 1800 carreaux de céramique peints en 2000, ainsi que la façade du Nouveau-Siècle à Lille qui fait 400m² et qu’il habille entièrement en 2015.

«La peinture est le seul élément qui me permet de m’exprimer. Si on me demande de faire de la photo et des arts conceptuels, je n’en ai pas envie. Je reste au stade de la couleur, au rythme de la peinture. Depuis toujours, depuis les beaux-arts à Oran, ce sont les mêmes rails », expliquait-il lors d’une interview accordée à La Voix du Nord en 2013.

En 2012, l’artiste expose son œuvre au Musée d’Art Moderne et Contemporain d’Alger (MAMA), il offre au musée, par cette occasion, trois de ces œuvres : « Algérie Algeria », « M’dina » et « Chorégraphie », c’est malheureusement l’unique fois où il sera présent en Algérie.

Avec beaucoup de regret et de tristesse, que la tragique nouvelle de son décès nous est parvenue, Mahjoub Ben Bella s’est éteint le 11 Juin dernier à Lille à l’âge de 73 ans, laissant derrière lui une riche contribution à l’art algérien et universel.

Rédaction d’Algérie 360