Vidéo | Port du masque : les précisions du procureur général près de la Cour d’Alger

Depuis une dizaine de jours, le port du masque de protection est devenu une obligation légale en Algérie.  Les contrevenants risquent une amende pouvant aller jusqu’au 10 000 DA, voire même de la prison.

Selon Sid-Ahmed Merrad, procureur général près de la Cour d’Alger, « les contrevenants risquent effectivement une amende de 10 000 DA, qu’il doit payer dans un délai de 10 jours. Si l’amende n’est pas payée dans les 10 jours, le contrevenant risque le double de l’amende initiale, à savoir 20 000 DA, voire même une peine d’emprisonnement de 3 jours », explique le procureur lors de son passage sur la chaine publique Canal Algérie.

Concernant le port du masque dans la voiture, le procureur précise que « l’article est précis, si la personne se trouve sur la voie publique, en voiture ou à pied, elle est concernée ». Or, cette loi « peut faire preuve de gymnastique intellectuelle, si la personne se trouve seule dans la voiture ». Dans ce cas, « le magistrat peut prendre en considération ce détail », ajoute le procureur.

Sid-Ahmed Merrad indique qu’il y’a des articles encore plus sévères, notamment en ce qui concerne « un porteur du Covid-19 qui ne répond pas aux mesures de préventions ». Dans ce cas, « il s’agit de porter atteinte à la vie d’autrui ». Le contrevenant risque une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans, conformément à 290 bis.

Rédaction d’Algerie360