L’ARAV réduit la sanction infligée à l’émission de « Cheikh Chemseddine »

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) a décidé de réduire la sanction infligée à l’émission « Insahouni » diffusée sur Ennahar TV à une suspension provisoire, suite à la demande formulée par cette chaine de revoir le degré de la sanction, a indiqué l’ARAV lundi dans un communiqué.

L’ARAV a accédé à la demande de réduire la sanction initialement infligée à l’émission « Insahouni » diffusée sur Ennahar TV en la ramenant à une suspension provisoire après la première décision de suspendre définitivement l’émission et son présentateur qui a contesté la fatwa autorisant d’avancer la remise de la zakat El Fitr du fait du Covid-19, émise par la commission de la Fatwa relevant du ministère des Affaires religieuses, lit-on dans le communiqué de l’ARAV.

L’ARAV a indiqué que sa décision précédente avait été dictée « par le souci de préserver et de se conformer au référentiel religieux national, tout en respectant la divergence mais pas au détriment de l’ordre public et de la bonne conduite », précise la même source.

La même autorité a indiqué avoir été saisie par la chaîne Ennahar TV pour « une révision du degré de la sanction », avançant pour motifs les sanctions infligées par l’ARAV à d’autres chaînes de télévisions ayant fait l’objet de « dépassements juridiques et moraux », et suite aux éclaircissements apportés par le présentateur de l’émission « Insahouni » qui a affirmé « avoir donné uniquement son avis sur le sujet ».

Lire aussi: L’ARAV convoque la responsable d’une chaine privée pour diffusion de dépassements
A ce titre, l’ARAV a précisé que la chaîne « a réaffirmé son engagement à contrôler le contenu de ses programmes de façon à servir la profession et l’intérêt public ».

« Après examen de la demande et par souci de jouer son rôle consistant à accompagner et veiller au développement de la scène audiovisuelle, de manière à garantir un service responsable », ainsi qu’à la lumière des circonstances que traverse le pays en raison de la pandémie du Coronavirus et « de l’impérieuse nécessité de la conjugaison des efforts de tout un chacun », l’ARAV a décidé de réduire le degré de la peine en la ramenant à une suspension partielle », a ajouté le communiqué.

La décision prise par l’ARAV consiste ainsi en une suspension du programme pour une période de 12 jours à compter de la date de suspension de sa diffusion le vendredi 29 Ramadan 1441 correspondant au 22 mai 2020″, et ce « après que la chaîne ait présenté ses excuses au ministère et à travers lui à la Commission de la fatwa, » tout en s’engageant « au respect des décisions de l’autorité », a conclu la même source.