Taxes sur l’importation des véhicules neufs : les précisions de Ferhat Ait Ali

Suivez-nous sur Viber et Google News

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali Braham est revenu, mercredi à l’APN, sur les taxes douanières et fiscales imposées sur l’importation des véhicules prévues dans le projet de loi des finances complémentaires 2020.

Le gouvernement a eu recours à l’imposition de taxes douanières et fiscales pour réduire la facture d’importation des véhicules au lieu de mesures d’interdiction ou de système de quotas, indique le ministre. La taxe sur les véhicules neufs concernera les véhicules touristiques de grand cylindre et non les véhicules utilitaires, a-t-il précisé.

Selon Ait Ali, le retour à l’importation des véhicules, permettra d’approvisionner le marché national en attendant d’asseoir une véritable industrie automobile nationale, une réalisation qui pourra nécessiter 24 mois au moins.

Il a fait savoir, dans ce cadre, que les usines de montages actuels n’avaient pas atteint 5% d’inclusion financière en dépit des exonérations douanières et fiscales dont elles ont bénéficié, qualifiant leur activité « d’importation déguisée sans paiement des droits douaniers et fiscaux ».

La facture d’importation des véhicules directs ne dépassera pas les deux (2) milliards USD, montant des importations de pièces destinées au montage automobile, a expliqué M. Ait Ali Braham.

Rédaction d’Algerie360