Le cruel destin des ânes dans le parc animalier de Braptia à El Kala

Suivez-nous sur Viber et Google News

Le Parc animalier de Braptia à El Kala dans la wilaya d’El Taref fait face depuis quelques jours à un tollé de la presse locale relayée par les réseaux sociaux. La cause ? Les responsables du parc et les autorités locales sont accusés laisser mourir de faim les animaux.

Une centaine d’ânes, entre autres espèces existantes dans ce Parc, sont regroupé dans un enclos, Ils apparaissent très mal au point. Selon l’inspecteur vétérinaire de la wilaya M. Chibani Nacer, rapporté par le quotidien El Watan dans un reportage consacré au Parc, « une dizaine d’ânes par jour et parfois plus décèdent ».

Mohamed Salah, un responsable du Parc explique que ce sont des animaux qui proviennent des saisies effectuées sur les contrebandiers le long de toute la frontière algéro-tunisienne. Avant d’arriver au parc, « ils sont regroupés pendant des semaines sans nourriture en attendant un transport. Certains meurent sur place, les autres pendant le voyage ou à leur arrivée », indique-t-il.

Il ajoute que ces bêtes sont alimentées « autant que possible car c’est avec leur viande que nous nourrissons les fauves et les carnivores pour lesquels 4 d’entre eux sont abattus quotidiennement ». Selon le même responsable, à défaut de ne pas pouvoir recourir aux services une pelle mécanique pour enterrer les individus trouvés morts, faute de moyens financiers, les cadavres se décomposent sur place et dégagent une odeur putride.

Selon Kamel Miroud, vétérinaire et enseignant universitaire, « les ânes meurent par inanition rendant de la sorte leur viande impropre à la consommation pour les autres animaux ». Il estime que c’est à cet « emplacement que se produit la plus grande cruauté à l’égard des animaux ».

Rédaction d’Algerie360