Un député français réclame la régularisation des sans-papiers

Suivez-nous sur Viber et Google News

L’eurodéputé EELV Français Damien Carême, en déplacement vendredi au Centre de rétention administrative (CRA) de Oissel, en Seine-Maritime en France, a réclamé la régularisation «de manière pérenne» des étrangers sur le sol français, dont des Algériens, rapporte l’Agence française de presse (AFP).

 

« On pourrait dire qu’on régularise de manière pérenne. Cela soulagerait l’administration, économiserait des fonds publics », a déclaré M. Carême, « On voit bien toutes ces personnes qui sont en errance, c’est abominable », a-t-il insisté, interpellé par plusieurs associations (Cimade, Médecins du Monde…), l’eurodéputé français, qui a eu à gérer l’épineux dossier du campement de migrants de Grande-Synthe, est venu vendredi vérifier « sur le terrain » les allégations de violences au CRA de Oissel.

Sur place, les fonctionnaires lui ont affirmé que « beaucoup de choses ont été dites » mais qu’ils « ont noué contact pour essayer d’améliorer les conditions. C’est un travail en cours », a expliqué le parlementaire à l’AFP. Il a également pu échanger avec des personnes retenues qui lui ont notamment fait part de « problèmes pour demander un crayon, du papier, un briquet… »

Par conséquent, M. Carême a de nouveau appelé à la fermeture des CRA. Il a montré toute sa solidarité avec les migrants qui se trouvent dans des centres avec « des grilles sur les fenêtres à l’extérieur et à l’intérieur, des barbelés autour des cours ». Des conditions qui créent « un climat d’angoisse pour des gens qui ne savent pas ce qu’ils vont devenir », a expliqué l’élu à l’AFP, déplorant des « problèmes sanitaires et humanitaires ». D’après les informations qu’il a pu recueillir, depuis le début du confinement le CRA a accueilli au total 54 personnes dont quatre ont été reconduites à la frontière, « des personnes anglaise, néerlandaise, albanaise et roumaine ».