35 ans de prison requis à l’encontre de l’ex-présidente de la Corée du Sud

L’ancienne présidente de la Corée du Sud destituée en 2017, Park Geun-hye, risque jusqu’à 35 ans de prison.

En effet, le parquet sud-coréen a requis, mercredi dernier, 35 ans de prison à l’encontre de l’ancienne présidente sud-coréenne.

Jugée en appel pour corruption, la peine de prison requise contre l’ex-présidente de la Corée du Sud est assortie d’une amende de 33,3 milliards de wons (26,8 millions de dollars). Le verdict du procès en appel sera rendu le 10 juillet.

Destituée en 2017 après des manifestations monstres, Park Geun-hye est poursuivie pour plusieurs chefs d’accusations dont «corruption », « abus de pouvoir », « violation de la loi électorale » et « détournement des fonds du Service national du renseignement ».

Pour rappel, Park Geun-hye avait été condamnée, en 2018, à 32 ans de prison plus une amende de 20 milliards de wons (16,1 millions de dollars).

Rédaction d’Algerie360