Les déclarations de Fersaoui et Brahim Daouadji à leur sortie de prison

Le président de l’association Rassemblement-Action-Jeunesse (RAJ), Abdelouahab Fersaoui et l’activiste Brahim Daouadji ont quitté ce lundi matin la prison d’El Harrach, après le verdict rendu tard dans la nuit de dimanche, au tribunal Sidi M’hamed.

Fersaoui a été accueilli ce matin par des membres de sa famille, des militants de l’association RAJ ainsi que plusieurs autres activistes.

Heureux de retrouver sa liberté, Abdelouahab Fersaoui indique toutefois que sa « liberté ne sera pas totale sans la libération de tous les détenus », déplorant qu’il y ait « encore de nombreux détenus en prison », et qu’on « ne doit pas les oublier et nous devons rester mobilisés ».

L’activiste compte, en effet, de renouer avec le combat dès la fin de la crise sanitaire du coronavirus. « On donne rendez-vous au peuple après la fin de cette crise pour aboutir le processus de la lutte du Hirak », a-t-il ajouté.

De son côté, le militant Brahim Daouadji affirme que sa joie ne sera complète que lorsque tous les détenus seront libres. Il estime que le « fait que des innocents se retrouvent en prison avec les membres de la Issaba signifie que la lutte doit se poursuivre ».

Rédaction d’Algerie360