Hirak, articles 7 et 8…Le MSP critique l’avant projet de révision de la Constitution

Le parti d’Abderrezak Makri, Mouvement de la société pour la paix (MSP), a publié ce samedi un communiqué dans lequel il critiqué plusieurs axes de l’avant projet de révision de la Constitution.

Le parti islamiste a considéré la mouture de l’avant projet de révision de la Constitution « est loin des aspirations exprimées par le peuple algérien avec ses différents courants lors des manifestations du mouvement populaire (Hirak).

Pour le MSP, la mouture, dévoilée jeudi dernier par le gouvernement, « n’a pas encore tranché sur le type de régime politique, et ce en le maintenant hybride qui ne représente aucune forme de celles connues de par le monde (régime présidentiel, parlementaire ou semi-présidentiel) ».

Le projet préliminaire de la révision constitutionnelle « prive la majorité de son droit à la gestion de même qu’il ne fait pas obligation de nommer le chef du gouvernement de la majorité », indique le parti islamiste dans le communiqué, soulignant que cela « contredit totalement le sens de la démocratie représentative et annule une partie essentielle de la volonté populaire exprimée lors des législatives ».

L’avant projet de révision de la Constitution « a pris une orientation populiste engendrant une restriction sur la création des partis et leur pratique politique ainsi que leur droit total de représenter leurs électeurs. Ceci va se répercuter négativement sur la pratique parlementaire de façon contraire aux orientations constitutionnelles de par le monde », a ajouté le MSP dans le communiqué.

Le parti de Makri a estimé que la mouture n’a pas prévu de prérogatives suffisantes pour les assemblées élues susceptibles de concrétiser les articles 7 et 8 de la Constitution qui qui figurent parmi les principales revendications du Hirak

Rédaction d’Algerie360