1er sommet du Forum des pays exportateurs de gaz : Le Président Bouteflika à Doha

1er sommet du Forum des pays exportateurs de gaz : Le Président Bouteflika à Doha

actualite1[19669].jpgLe Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, est arrivé aujourd’hui à Doha (Qatar) pour prendre part au 1er sommet du gaz des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG).

Le sommet vise notamment à donner de la visibilité au Forum des pays exportateurs de gaz en tant qu’instrument « capable » de réguler le marché mondial du gaz aux fins de garantir l’approvisionnement en énergie et de contribuer à la protection de l’environnement en faisant la promotion du gaz en tant qu’énergie propre et sûre. Le Forum des pays exportateurs de gaz, créé en 2001, regroupe les principaux pays exportateurs de gaz, à savoir l’Algérie, la Russie, l’Iran, le Qatar, la Guinée Equatoriale, le Nigeria, le Trinidad et Tobago, la Libye, l’Egypte, la Bolivie et le Venezuela, ainsi que le Sultanat d’Oman.

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, est arrivé aujourd’hui à Doha (Qatar) pour prendre part au 1er Sommet du gaz des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG). Le Sommet vise notamment à donner de la visibilité au Forum des pays exportateurs de gaz en tant qu’instrument « capable » de réguler le marché mondial du gaz aux fins de garantir l’approvisionnement en énergie et de contribuer à la protection de l’environnement en faisant la promotion du gaz en tant qu’énergie propre et sûre. Le Forum des pays exportateurs de gaz qui a été institué en 2001, regroupe les principaux pays exportateurs de gaz, à savoir l’Algérie, la Russie, l’Iran, le Qatar, la Guinée Equatoriale, le Nigeria, le Trinidad et Tobago, la Libye, l’Egypte, la Bolivie et le Venezuela ainsi que le Sultanat d’Oman qui vient de rejoindre le forum. D’autres pays en sont observateurs, il s’agit de la Norvège, des Pays-Bas et du Kazakhstan. Les pays membres du forum détiennent environ 66% des réserves de gaz naturel, en assurant 42% de la production et 63% des exportations de cette source d’énergie.

Le sommet du gaz est le premier du genre. L’idée de tenir pour la première fois un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz a été évoquée lors de la 10e réunion ministérielle du forum, tenue au mois d’avril 2010 à Oran en Algérie. Elle a été entérinée au terme de la 11e session ministérielle tenue le 2 décembre 2010 à Doha. Cette décision a été motivée par la volonté des Etats membres du Forum de consacrer un prix équitable du gaz naturel et à contribuer à assurer la stabilité du marché dans un contexte international marqué par des appréhensions relatives à la volatilité des prix et par la volonté des pays développés de contrôler les sources d’énergie et sécuriser les approvisionnements en gaz naturel.

Le sommet sera l’occasion de rappeler les principes relatifs à la pertinence des contrats de gaz à long terme, au besoin de la consécration d’un prix juste du gaz qui tienne compte de son avantage environnemental et son efficacité énergétique en se basant sur l’indexation du prix du gaz sur celui du pétrole, de plaider en faveur de la promotion de la coopération entre les membres du forum et de la consécration d’un dialogue entre producteurs et consommateurs du gaz.

Un cadre de dialogue entre producteurs

C’est ce matin que débute à Doha, la capitale du Qatar, le premier sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG), avec la participation de l’Algérie, représentée à son plus haut niveau par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, arrivé hier en fin d’après-midi. Douze pays font partie du Forum, le dernier en date étant le sultanat d’Oman.

A l’évidence la tenue d’une telle rencontre revêt une grande importance pour notre pays qui a de grandes ambitions en matière d’industrie gazière et dispose de grandes potentialités en la matière. C’est en l’occurrence ce que M. Youcef Yousfi, ministre de l’Energie et des Mines, a soutenu lors d’un point de presse tenu hier à l’hôtel Sheraton. La 13e réunion ministérielle qui est destinée à préparer le sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement s’est achevée dimanche et la proposition algérienne qui consiste à créer un institut de recherche en Algérie et dont la mission est de collecter l’information technique et technologique a été retenue. La mise sur pied d’un tel institut profitera à tous les pays membres et se situe bien dans l’esprit du Forum qui est précisément celui d’échanger les expertises et partager les expériences afin de mieux connaître et donc mieux promouvoir l’industrie gazière ainsi que le renforcement de la solidarité entre les pays qui en font partie et qui, rappelons-le, détiennent les deux-tiers des réserves mondiales et un peu plus de 60 % des exportations mondiales.

Un certain nombre des pays consommateurs ont exprimé des appréhensions vis-à-vis du Forum et ont formulé la crainte de le voir se transformer en une OPEP du gaz. A ce sujet, M. Youcef Yousfi a été clair : le premier objectif est de mieux connaître les marchés gaziers (moins fluides et moins souples que les marchés pétroliers) et l’évolution des techniques et des technologies. Si l’idée qui a motivé la naissance de l’OPEP, c’était surtout la question des prix, on sait qu’il n’existe pas de prix de référence en matière de gaz et qu’il y a au moins trois marchés différents : l’américain, l’européen et l’asiatique. « Ce n’est pas le rôle du Forum de s’occuper des prix ou des quotas », comme l’est l’OPEP, mais plutôt d’instituer en quelque sorte un espace de dialogue à dimension international qui puisse servir à la fois les producteurs, les exportateurs et les consommateurs. Car ces derniers sont également concernés par la problématique du Forum dans la mesure où celui-ci vise, bien sûr une meilleure valorisation de cette ressource propre et non renouvelable, en recherchant un prix juste et équitable, mais aussi à assurer un approvisionnement sûr aux pays consommateurs. Il ne sert à rien de cacher le fait que les prix pratiqués actuellement sont en net déphasage par rapport aux onéreux investissements opérés dans l’exploration, la production, et le transport, sans omettre le fait que bon nombre des principaux pays producteurs connaissent, selon les spécialistes, un déclin, souvent brutal et irréversible lié à la nature de ce produit fossile assez volatile.

Quelles sont les conséquences de la crise européenne sur le marché du gaz de même que la révision des politiques énergétiques en Asie et en Europe ? A cette question, M. Youcef Yousfi dira que si, à court terme, la demande va se contracter, eu égard à la crise financière que l’Europe affronte depuis quelque temps, la réduction ou l’abandon de l’énergie nucléaire, suite au tremblement de terre et au tsunami au Japon en mars dernier quant à la fragilité des installations nucléaires et à la menace bien réelle qu’elles représentent pour les populations, le ministre a affirmé que « la répercussion est positive sur le marché gazier. La consommation va augmenter du fait des modifications des politiques énergétiques et l’option pour le gaz naturel, une énergie propre. Pour nous (en Algérie), il s’agit de garantir la disponibilité de l’énergie afin de préserver la souveraineté du pays et faire en sorte que nous soyons les premiers exportateurs du gaz au monde vu notre potentiel considérable et notre expérience en la matière.»

Concernant le présent sommet, son importance est soulignée par tous les participants et même si l’on s’attend à ce que tous les pays ne soient pas représentés à leur plus haut niveau, on s’accord à dire qu’il constitue un jalon considérable dans le parcours du Forum qui aspire à devenir un organisme international de référence. C’est d’ailleurs le message que ce sommet voudrait transmettre au monde : à savoir la promotion d’une industrie gazière, mieux organiser l’offre et la concurrence, éviter les surproductions nuisibles et assurer les approvisionnements à moyen et long terme d’une énergie propre et non renouvelable. Pour mémoire le Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) a été institué en 2001 à Téhéran lors de la septième rencontre ministérielle en décembre 2008 à Moscou, date à laquelle l’organisation internationale qui fonctionnait de manière informelle s’est dotée d’une administration et d’une charte. D’ailleurs si le siège du FPEG se trouve à Doha, capitale de l’émirat du Qatar qui dispose du plus grand gisement gazier au monde, le secrétariat permanent a été confié au Russe Léonid Boukhaniovski. Si la prochaine réunion ministérielle aura lieu l’année prochaine en Guinée Equatoriale, hier on ne savait pas encore le nom du pays qui abriterait le deuxième Sommet dans deux ans. Néanmoins, deux pays ont formulé leur candidature.

Ach. C.

M. Yousfi : “La priorité pour l’Algérie est l’augmentation des réserves de toutes les ressources énergétiques”

Le ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, a affirmé hier à Doha (Qatar) que la priorité pour l’Algérie était d’augmenter les réserves de toutes les ressources énergétiques. M. Youcef Yousfi a indiqué dans une déclaration à la presse à la veille du début des travaux du 1er Sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG), cette priorité impliquait « la préservation de la souveraineté de l’Algérie en matière de couverture locale des besoins énergétiques et la préservation de sa place en tant que pays comptant parmi les principaux exportateurs de gaz naturel dans le monde ». L’augmentation des réserves énergétiques de l’Algérie passe par les opérations « de prospection et d’exploration », a-t-il dit ajoutant que l’Algérie possède « d’importantes ressources énergétiques » qui attendent d’être explorées pour en faire des réserves. Evoquant la modification éventuelle de la loi sur les hydrocarbures, le ministre de l’Energie a précisé que « des idées prennent forme car nous ne pouvons nous permettre une rigidité du fait de l’évolution en cours de par le monde ». Concernant l’impact des évènements survenus dans le domaine de l’énergie nucléaire, M. Yousfi a fait remarquer que cette question aura des « retombées positives » sur la demande en matière de gaz naturel, soulignant un accroissement du rôle de cette énergie à l’avenir. Pour ce qui est de hisser le Forum au niveau de sommet, M. Yousfi a précisé que l’objectif étant « le renforcement du Forum en lui conférant la place qui lui sied à l’échelle mondiale », soulignant une tendance vers la tenue bisannuelle du sommet.

Messages du Président de la République

Le Président Bouteflika adresse un message au Président tunisien Foued Mebazaa…

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé hier un message de survol au Président tunisien par intérim, M. Foued Mebazaa, alors qu’il se rendait à Doha pour prendre part au 1er Sommet du gaz des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG). « Au moment où je survole le territoire de la République tunisienne, il m’est particulièrement agréable de vous réitérer mes salutations, priant Dieu Tout-Puissant de vous accorder santé et bonheur et au peuple tunisien frère davantage de progrès et de prospérité », a écrit le Président Bouteflika dans son message. « Je vous réitère également ma détermination à œuvrer, avec vous, au renforcement des relations de fraternité existant entre nos deux pays et nos deux peuples frères « , a souligné le Chef de l’Etat.

… et réitère à son homologue maltais sa disponibilité au renforcement des relations entre les deux pays…

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a réitéré sa disponibilité à œuvrer pour le renforcement des relations bilatérales entre l’Algérie et Malte dans un message qu’il a adressé à son homologue maltais, M. George Abela, au moment où il survolait le territoire de ce pays en direction de Doha pour prendre part au 1er Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG). « En traversant l’espace aérien de la République de Malte, je voudrais vous adresser mes vives salutations ainsi que mes vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité au peuple maltais ami », écrit le Chef de l’Etat dans son message. « Je voudrais également vous réitérer ma disponibilité à œuvrer, conjointement avec vous, au renforcement des relations d’amitié et de coopération entre nos deux pays », a-t-il souligné.

Approfondissement des relations d’amitié avec la Grèce

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika a réitéré sa disponibilité pour l’approfondissement des relations bilatérales entre l’Algérie et la Grèce dans un message adressé à son homologue grec, M. Karolos Papoulias, au moment où il survolait le territoire de ce pays en direction de Doha pour prendre part au 1er Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG). « Je tiens, au moment où je survole le territoire de la République hellénique amie, à vous adresser mes salutations chaleureuses et à vous réitérer ma disponibilité à œuvrer, conjointement avec vous, à l’approfondissement des relations traditionnelles d’amitié et de coopération entre nos deux pays », écrit le Chef de l’Etat dans son message. « Avec mes vœux de santé et de bonheur pour vous-même de progrès et de prospérité pour le peuple grec ami », a-t-il ajouté.

Disponibilité à œuvrer à promouvoir les relations de coopération avec l’Egypte

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, s’est dit prêt à œuvrer à promouvoir les relations de coopération avec l’Egypte dans un message adressé hier au maréchal Hussein Tantaoui, chef du conseil militaire d’Egypte au moment où il survolait le territoire de ce pays en direction de Doha.

« Il m’est particulièrement agréable, au moment où je survole l’espace aérien de votre pays frère, de vous adresser mes salutations les plus chaleureuses priant le Tout-Puissant de vous assister et de vous accorder santé et bonheur et de gratifier le peuple égyptien frère des moyens de poursuivre sa marche vers le progrès et la prospérité », a indiqué le Président Bouteflika dans son message.

« Je vous réitère également mon entière disponibilité à œuvrer, de concert avec vous, à promouvoir les relations de fraternité et de coopération qui unissent nos deux pays et nos deux peuples frères », a souligné le Chef de l’Etat.

Disposition à promouvoir les relations de coopération avec le royaume d’Arabie Saoudite

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika a exprimé sa disposition à poursuivre l’action commune avec le royaume d’Arabie saoudite pour promouvoir les relations de coopération entre les deux pays dans un message qu’il a adressé au souverain saoudien, Abdallah Ibn Abdelaziz, au moment où il survolait le territoire de ce pays en direction de Doha pour prendre part au 1er Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG). « Au moment où je survole le territoire du Royaume d’Arabie saoudite, il m’est particulièrement agréable de vous adresser mes vives salutations et de vous exprimer toute ma considération priant Dieu Tout-Puissant de vous accorder santé et bonheur et au peuple saoudien davantage de progrès, de prospérité et de bien-être », écrit le Président Bouteflika dans son message au souverain saoudien. « Je vous affirme également ma disposition à œuvrer, avec vous, à poursuivre l’action commune en faveur du renforcement des relations de fraternité et de coopération existant entre nos deux pays et leur élargissement en faveur des intérêts mutuels de nos deux peuples frères « , souligne le Chef de l’Etat.

La coopération avec Bahreïn se développera davantage

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, s’est dit hier convaincu que les relations de fraternité et de coopération entre l’Algérie et Bahreïn se développeront davantage au mieux des intérêts mutuels des deux peuples frères, dans un message adressé au Roi de Bahreïn Hamad Ben Aissa Al-Khalifa au moment où il survolait le territoire de ce pays en direction de Doha.

« Au moment où je survole le territoire du Royaume du Bahreïn, il m’est particulièrement agréable de vous adresser mes vives salutations priant Dieu Tout-Puissant de vous accorder santé et bonheur et au peuple bahreïni frère davantage de progrès et de prospérité », a écrit le Président Bouteflika dans son message.

« Je suis convaincu que les relations de fraternité et de coopération entre l’Algérie et Bahreïn se développeront davantage grâce à l’élan que nous leur impulserons ensemble dans l’intérêt mutuel de nos deux peuples frères », a ajouté le Président de la République.