11 000 officines touchées par une pénurie de 370 médicaments

lundi 25 mars 2019 à 11:41
Source de l'article : Lnr-dz.com

Par Soumia Lalaoui

Le retard enregistré dans les programmes d’importation de l’année en cours entraîne plusieurs lacunes. Au moins, 11 000 officines réparties sur tout le territoire national seront touchées par une pénurie de 370 médicaments.

Selon le site électronique d’Ennahar, le président du Syndicat national des pharmaciens d’officines, (Snapo), Messaoud Belambri a donné des détails à ce propos, tout en révélant les risques de cette pénurie. Selon lui, l’instabilité de la conjoncture politique actuelle du pays a engendré des retards dans l’acheminement des médicaments vers l’Algérie pour le début de l’année 2019.

« Pas moins de 11 000 officines réparties à travers tout le territoire national seront touchées par une pénurie de 370 médicaments pour le traitement de plusieurs pathologies, à savoir ; cardiovasculaire, rhumatisme, asthme…), a-t-il précisé, tout en informant de même que les médicaments autorisés à l’importation au cours du mois de mars ne sont pas encore entrés en Algérie. Et ce, a-t-il, poursuivi, revient au mouvement populaire. «L’importation des nouveaux médicaments autorisés au cours des trois mois (mars, avril et mai 2019) serait retardées », a-t-il déploré, tout en appelant les organisations concernées à suivre la gestion et à veiller sur le suivi de toutes les procédures et du programme d’importation et des transactions au niveau des ports et des transports, Ainsi que les banques et les centres de surveillance et ce, afin d’éviter le déséquilibre.

Face à une situation qui s’aggrave et une pénurie qui s’amplifie, les pharmaciens expriment leur colère et inquiétude. Le syndicat national des pharmaciens d’officines, (Snapo) avait reçu de nombreuses plaintes de la part des pharmaciens, dénonçant ce manque de médicaments pour le traitement de plusieurs pathologies.

Rappelons-le, qu’une pénurie de médicaments essentiels pour les maladies chroniques avait été enregistrée il y a quelques mois. Le Dr Messaoud Belambri, président du Syndicat national des pharmaciens d’officines (Snapo) avait expliqué que « pas moins de 120 à 130 médicaments sont en rupture, dont 30% liés à des maladies chroniques ». Il avait annoncé qu’« en dépit de la présence de l’Agence nationale du médicament et d’une cellule de veille, doublée d’un Comité de concertation, le problème posé par les pénuries de traitements est toujours resté ». Selon lui, ces ruptures ne datent pas d’aujourd’hui ». Le Dr Messaoud Belambri, président du Snapo, avait expliqué que les raisons à l’origine de cet état de fait ont été plusieurs fois identifiées, dont celle, relative à la signature des programmes d’importation des produits de soins, effectuée, cette année encore.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
61 queries in 0,221 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5