10 tonnes de cannabis saisis à dix kilomètres des frontières marocaines

10 tonnes de cannabis saisis à dix kilomètres des frontières marocaines

e39-cannabis.jpgC’est une saisie record de résine de cannabis que celle effectuée, hier, par les premiers Gardes-frontières (1er GGF) et Sections de sécurité et d’interventions (SSI) de la Gendarmerie nationale, à une dizaine de kilomètres des frontières avec le Maroc, à Maghnia, dans la wilaya de Tlemcen.

Sur la base de renseignements faisant état de l’acheminement d’une importante quantité de stupéfiants, les gendarmes cités ont tendu une embuscade, hier à 6 heures, aux narcotrafiquants qui, exploitant la mobilisation des forces de sécurité pour assurer le bon déroulement, du point de vue sécuritaire, de la campagne électorale en cours, tentent d’introduire le maximum de drogues en territoire algérien.

C’est ainsi que les 1ers GGF et SSI ont intercepté deux fourgons, l’un de marque Iveco, immatriculé en Hollande, et l’autre de marque Mercedes, immatriculé en Allemagne. Les deux conducteurs ont pris la fuite à la vue des gendarmes en abandonnant leurs véhicules. La fouille de ces derniers a permis aux éléments des GGF et SSI de découvrir 9 tonnes de résine de cannabis.

L’opération de fouille n’étant pas arrivée à son terme, selon la Gendarmerie nationale, «la quantité de 10 tonnes pourrait, facilement, être atteinte», ajoute la source. La Gendarmerie nationale précise, également, que c’est la première fois que des véhicules, immatriculés à l’étranger et bourrés de stupéfiants, sont interceptés aux frontières. La quantité saisie, quant à elle, constitue une première dans les affaires pourtant très nombreuses, traitées par la Gendarmerie nationale, dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue. Depuis le début de l’année, la Gendarmerie nationale a saisi 21 tonnes de drogue.

En mars dernier, les services de la Sûreté de wilaya de Naâma ont saisi 40 quintaux de résine de cannabis, rappelle-t-on. En avril, ce sont 50 quintaux de résine de cannabis qui ont été saisis par les éléments du groupement de la wilaya de Saïda de la Gendarmerie nationale. Les saisies ne s’arrêtent pas là, démontrant l’ampleur prise par le trafic de stupéfiants venus des frontières ouest. La multiplication des saisies

et la hausse des quantités que les narcotrafiquants tentent d’introduire, en Algérie, ces derniers mois, sont expliquées par la volonté des trafiquants d’exploiter la mobilisation des forces de sécurité pour assurer le déroulement dans les meilleures conditions sécuritaires de la campagne électorale pour inonder le marché algérien.

Par Mounir Ab