Equipe nationale: Le monde sportif dénonce.

samedi 15 octobre 2016 à 11:28
Source de l'article : Lnr-dz.com

L’équipe nationale est mise sur un plateau de doute. Sa dernière sortie face au Cameroun a fait éclater son image de marque.

«Je me suis rendu compte au travers des questions, des réactions, que beaucoup découvraient la réalité et l’ampleur du phénomène des dégâts au sein de notre équipe nationale… Il faudrait alors espérer avoir un jour une sélection qui militerait pour le bien du pays ou alors que pour l’argent des Algériens ?» soulignait une icône de notre football sur le plateau d’une chaîne de télé privée. «Les énormes avantages dont bénéficient ces quelques joueurs devront nous démontrer que nous nous trompons sinon qu’ils cessent de se frotter à notre emblème national».

C’est la question qui fait le tour des supporters, qui découvrent ce que les vestiaires cachent, dont notamment les raisons qui font chasser les sélectionneurs et sans la moindre réaction de la Fédération algérienne de football qui ne communique jamais…

«La situation se dégrade et l’Algérien se déplace au stade parce qu’il y croit à un sursaut… de la part de ces joueurs qui font la loi et qui abusent des primes», réagit un autre consultant avant d’ajouter, ce sont eux qui décident du maintien ou pas du sélectionneur alors qu’eux même ne jouent pratiquement pas dans leurs clubs respectif… Qui est responsable de cette situation ? Certainement pas les joueurs qui trouvent un terrain fertile pour continuer à s’imposer et à menacer les sélectionneurs.

La bataille doit s’arrêter, l’instance doit s’imposer et faire recruter un entraîneur qui maîtriserait ces quelques joueurs qui maintiennent une pression et qui font réagir aujourd’hui toute la nation en silence, une situation humiliante, cruelle, injuste, inique, «stigmatisâte». Ce constat n’est pas nouveau certes. Mais ce qui questionne les observateurs, c’est qu’ils sévissent à tout renouvèlement de sélectionneur. «Un jour finira par arriver, déjà que la coupe est déjà trop pleine, et une sourde colère commence à pondre».

Nombreux sont ceux qui ont décidé de prendre la parole et de casser l’omerta autour de ces questions.
Dans le monde sportif, le temps est venu de le faire savoir aussi. Pour les consultants d’une chaîne télé privée, les Fennecs utiliseraient la même stratégie de commande que celle utilisée par leurs collègues du temps de l’ancien sélectionneur Rabah Saâdane. Des vérités qui donnent froid au dos. Pas de doute, les Fennecs sont divisés. Ils choisissent leur entraîneur et le font partir s’il échappe à leur contrôle. Une icône du football algérien déclare, «c’est eux qui décident, avec la bénédiction de la FAF, ils gagnent quand ils le veulent et ils perdent quand ils le désirent.

La Fédération nationale de football ne dirige plus rien, la commission mise en place pour le choix du prochain sélectionneur, n’existerait pas, c’est le président de la FAF qui décide, et c’est lui seul qui décide. Pourquoi ne ferait-il pas appel aux anciens joueurs à l’image de Madjer, Bencheikh, Kouici, Assad, Beloumi, Dahlab, Cerbah pour seconder le prochain sélectionneur. Qu’il nous le dise, qu’il prenne la parole pour nous dire pourquoi travaille-t-il seul ? Qu’il nous dise pourquoi n’accorde-t-il pas de chances aux locaux ? Ayez ce courage Monsieur Raouraoua de nous le dire. L’équipe nationale appartient aux 40 millions d’Algériens… et de terminer par : ce que nous leur demandons aujourd’hui est de nous faire qualifier à la Coupe du monde, et de remporter la Coupe d’Afrique des nations de 2017 puisque ce sont eux qui le disent, «nous allons nous qualifier». Une démarche possible est de s’excuser et d’assumer ses responsabilités pour ce qui s’est passé.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
27 queries in 0,469 seconds.