Wilmots reviendrait trop cher pour l’Algérie

dimanche 16 octobre 2016 à 9:02
Source de l'article : Lebuteur.com

La nomination d’un nouveau sélectionneur national pour succéder au Serbe Milovan Rajevac s’officialisera à partir de la semaine prochaine, étant donné que le président de la FAF Mohamed Raouraoua sera de retour à Alger à partir du 21 octobre. Plusieurs noms ont été cités dans l’entourage de la FAF pour la succession de Rajevac qui a démissionné au lendemain de la rencontre face au Cameroun. Parmi les noms cités, deux d’entre eux tenaient vraiment la corde. Il s’agit du Français Paul Le Guen et du Belge Marc Wilmots. Les deux étaient en pole position pour être à la tête de l’EN, même si une source proche de Raouraoua évoque que l’intéressé possède d’autres pistes qu’il est en train d’étudier, sans aviser ses proches, afin de parer à toute surprise. On croit savoir que Mohamed Raouraoua a pris attache avec Marc Wilmots et il s’est avéré qu’il revient un peu cher pour la Fédération algérienne de football. Le président de la FAF ne semble pas prêt à faire des folies en recrutant un sélectionneur à coups de milliards. Le technicien belge serait ainsi tenté par une expérience en Algérie, mais il veut un gros salaire dont le montant n’a pas été évoqué par notre source.

La FAF devrait relancer Wilmots et revoir à la baisse ses exigences financières
L’ancien sélectionneur de la Belgique intéressait déjà le président depuis longtemps. Mais au moment où il voulait le ramener, Wilmots était déjà à la tête des Diables rouges qui prenaient part à la phase finale de l’Euro en France. Mais juste après la nomination de Milovan Rajevac, Wilmots a quitté la barre technique de la Belgique. Toujours attaché à la filière belge, Mohamed Raouraoua pourrait engager Wilmots à la tête de l’EN qui serait ainsi le troisième Belge à prendre la barre technique de l’EN, après Georges Leekens et Robert Waseige. Le travail effectué par Wilmots à la tête des Diables rouges n’a pas laissé Raouraoua indifférent. Impressionné, ce dernier devrait ainsi relancer Marc Wilmots, dans les prochaines heures, dans l’espoir de pouvoir l’engager à la tête de l’EN, en revoyant ses exigences financières à la baisse.

Sa philosophie de jeu correspond au profil de l’EN
Aussi, la philosophie de jeu de Marc Wilmots correspond très bien au profil de l’EN. Avec la Belgique qui possède une armada de joueurs offensifs, à l’instar de l’Algérie, Wilmots opte souvent pour une stratégie offensive avec 4-2-3-1 qui se transforme parfois en 4-5-1 ou en 4-3-3. C’est presque le même profil de jeu qui correspond à notre sélection. En discutant avec plusieurs techniciens, étrangers, Mohamed Raouraoua a été convaincu que techniquement, Wilmots est capable de réaliser un grand coup avec les Verts.
Le Guen, piste écartée ?
Paul Le Guen, l’ancien sélectionneur des Lions indomptables du Cameroun, a rencontré le président de la FAF, à Paris. Les deux hommes avaient évoqué la venue de l’ancien coach lyonnais à Sidi Moussa. Seulement, ce dernier avait une seule condition, celle de ramener avec lui tout son staff. Le président de la FAF était d’accord pour qu’il choisisse son staff, mais le budget était limité. En ramenant Le Guen avec cinq assistants, la FAF sera dans l’obligation de payer une grande somme. Raouraoua, pour sa part, voulait maintenir au moins Hassan Belhadji et Nabil Neghiz dans le nouveau staff, pour donner un plus.

Raouraoua préfère attendre le tirage au sort de la CAN
La nomination d’un nouveau sélectionneur se fera donc après le tirage au sort de la CAN prévu ce mercredi, à Libreville, au Gabon. En effet, c’est la décision de Mohamed Raouraoua qui pourra ainsi voir le profil d’entraîneur à recruter. Dans le cas où l’EN hériterait d’un groupe avec deux équipes solides, Raouraoua procédera au recrutement d’un entraîneur plus expérimenté et d’un gros calibre. Le boss de la FAF mise beaucoup sur cette CAN au Gabon pour réussir une grosse performance.

Il se trouve depuis hier à Libreville 
Comme indiqué sur ces mêmes colonnes, le président de la FAF s’est envolé, jeudi dernier, à destination de Paris, pour régler des affaires personnelles, avant de rencontrer certains techniciens. A présent, il se trouve à Libreville depuis hier pour assister au tirage au sort de la CAN, en compagnie de Walid Sadi, président de la commission des équipes nationales. Sur place, les deux hommes vont inspecter les infrastructures des quatre villes pour choisir le camp de base de l’EN durant le tournoi final.

Courbis toujours en lice
Par ailleurs, Rolland Courbis est toujours en lice pour prendre en main la sélection nationale. Malgré des contacts préliminaires, la venue de l’ancien coach de l’OM n’est pas encore certaine, puisque Mohamed Raouraoua a plusieurs noms dans son calepin. Une rencontre entre Rolland Courbis et Mohamed Raouraoua pourrait avoir lieu la semaine prochaine.

Des joueurs souhaitent travailler sous sa coupe
Rolland Courbis jouit du soutien de certains joueurs qui souhaitent travailler avec lui. Cela dépendra bien évidemment de la décision de Mohamed Raouraoua, qui choisira, à lui seul, le futur sélectionneur. Mais sa venue sera bien accueillie puisque beaucoup de joueurs le connaissent. Certains ont même travaillé avec lui. Il y a deux jours, le milieu de terrain de Dijon, Mehdi Abeïd, avait déclaré sur les ondes de la chaîne 3, à propos de la venue de Rolland Courbis : «Je ne sais pas si ce sera lui l’entraîneur, vous venez de me l’apprendre, mais je sais qu’il a beaucoup d’expérience et qu’il peut nous faire progresser.»

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
17 queries in 0,445 seconds.