Le coup de la FIFA menace l’Algérie

dimanche 19 mars 2017 à 9:48
Source de l'article : Competition.dz

Le football algérien se retrouve dans une situation difficile depuis l’annonce de la tenue de l’assemblée générale élective de la FAF pour le 20 mars avant d’être reportée par la commission de candidature de Baâmeur au 27 du mois prochain.

La commission de candidature revient rapidement sur sa décision, revenant à la première date du 20 mars on ne sait par quelle intervention. Des attitudes qui ont suscité des remous dans le monde footballistique national. Deux candidats dont les dossiers ont été rejetés, Mouldi Aïssaoui et Abdelkrim Medouar, montent au créneau dénonçant une ingérence des pouvoirs publics dans les affaires de la FAF. Ils affirment que le commission de candidature aura subi des pressions pour la révision de la date des élections.

Cela est passible de sanction, car la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) est intransigeante et n’accepte jamais une quelconque intervention gouvernementale. Plusieurs fédérations nationales ont subi le coup de massue de la toute puissante FIFA après tout intervention des autorités publiques. Le Mali est le dernier exemple en date. Après la décision du ministère des Sports de ce dernier pays de dissoudre le buteur exécutif de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT), la FIFA a réagi en fin de semaine annonçant sa suspension jusqu’à la réhabilitation du Bureau de la Fédération. La FIFA est revenue hier à la charge annonçant la disqualification des clubs maliens des compétitions continentales.

« A la suite de la décision de la FIFA de suspendre la Fédération malienne de football de toutes les activités sportives footballistiques, les clubs maliens ne sont pas autorisés à disputer les matches Interclubs de la CAF », indique un communiqué de la FIFA. Le public algérien craint désormais que le football national soit victime d’un scénario semblable. Ce qui serait une véritable catastrophe pour la discipline après des années de succès où l’Algérie s’est qualifiée deux fois à la Coupe du monde d’affilée (2010 et 2014) dont un passage historique au deuxième tour au Brésil, une consécration en Ligue des champions de l’ESS et trois finales perdues en LDC (USMA) et coupe de la CAF (ESS et MOB).

L’Algérie a atteint également une place dans le top 20 du classement FIFA destiné aux équipes nationales. Pendant ce temps, le ministre de la Jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould-Ali, avait démenti, mercredi en marge de la cérémonie de remise des subventions aux clubs amateurs, tout ingérence de la tutelle dans les affaires de la FAF affirmant que celle-ci prenait ses décisions en toute souveraineté. Amine N.

Medouar soulève l’inéligibilité de Medane, Gasmi et Ould-Zmirli
Le candidat rejeté à la course pour la présidence de la FAF, Abdelkrim Medouar, qualifie de contraire à la loi la décision de la commission de recours de valider les dossiers de Medane, Gasmi et Ould-Zmirli dans le bureau du candidat unique (Zetchi). « Gasmi, Medane et Ould-Zmirli ne remplissent pas les critères d’éligibilité. Cette liste est incomplète », estime Medouar précisant que Medane et Gasmi ne figurent pas dans les statuts de leurs clubs tandis qu’Ould-Zmirli ne remplit pas la condition exigeant une expérience de cinq ans dans une des structures du football.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
69 queries in 5,989 seconds.