Equipe nationale / Conflit inter-générations et immigrés-locaux : Débats stériles et dangereux

mardi 25 octobre 2016 à 15:21
Source de l'article :

Les diatribes relevées çà et là ont des relents de bien curieux et imcompréhensifs règlements de comptes, à telle enseigne que ça vole à hauteur de caniveau. Les Fennecs d’hier et d’aujourd’hui, les Verts de … 82 et du Brésil 2014 échangent des propos peu amènes, qui risquent de voir les choses s’envenimer, si on n’y met pas le holà.

Par presse interposée, les débats n’ont cessé d’enfler depuis le fameux match contre le Cameroun au stade Mustapha-Tchaker de Blida, comptant pour la première journée du dernier tour des éliminatoires du Mondial-2018 (groupe B), qui a non seulement emporté le sélectionneur national, le serbe Milovan Rajevac, mais a ouvert la brèche sur deux sujets toujours sensibles que certains cultivent, sciemment ou inconsciemment : le conflit inter-générations et la dualité joueurs immigrés-joueurs locaux.
A la faveur surtout de plateaux télévisés, sur des chaînes privées, d’anciens joueurs, aigris pour on ne sait quelle raison, n’ont pas hésité à descendre en flammes Sofiane Feghouli, l’actuel sociétaire du club anglais de West-Ham et à travers lui les joueurs issus de l’immigration, pour avoir donné une interview dans laquelle il a osé dire que «la génération actuelle des Verts, est l’une des meilleures que le football algérien ait connu !». A-t-il tort ou raison ? Etait-ce de la prétention ou une maladresse ? Voulait-il juste affirmer que la génération actuelle était douée et renfermait des joueurs de qualité ou bien lançait-il un pique pour ceux qui passent leur temps à critiquer l’équipe nationale lorsqu’elle passe à côté d’un événement ou un résultat ? Toujours est-il que les plateaux se sont enflammés ces derniers temps, mais aussi la Toile, époque oblige. Tout le monde s’invite au «pugilat» médiatique en jouant avec la fibre sensible des Algériens où certains ont même dépassé les lignes rouges en s’érigeant en qualité de dépositaires de la nationalité et du nationalisme ! Or, un joueur international est sélectionné pour défendre les couleurs nationales et donner le meilleur de soi même, sans rechigner. C’est un devoir. D’anciens internationaux, au lieu de s’effacer devant les acteurs actuels, occupent l’espace médiatique, non pas pour apporter la plus-value sur le plan de l’analyse et de la connaissance, voire la profondeur de ce sport à travers leur vécu, ils bombardent les téléspectateurs et l’opinion en général de comparaisons qui n’ont pas lieu d’être et de nostalgie. Sous d’autres cieux, nombreux sont les anciens footballeurs qui se sont reconvertis dans ces nouveaux métiers des médias (consultants, experts, commentateurs,…) sans pour autant alimenter la polémique avec ceux qui font aujourd’hui l’actualité. Rares sont les cas où la polémique éclate, car chacun s’en tient à son rôle. Chez nous la passion et les rancœurs l’emportent souvent, d’où cette cacophonie dangereuse du reste entre les générations de joueurs internationaux, mais aussi entre joueurs issus de l’immigration et leurs «frères» locaux. De 1982, et la première participation de l’Algérie en Coupe du monde, à 2014 au Brésil, la susceptibilité a toujours été entretenue par certaines forces occultes. Ce qui s’est passé en 1986, au Mexique entre joueurs professionnels et locaux, et la réponse de la nouvelle génération à ses devancières après la qualification de l’Algérie, pour la première fois, au deuxième tour d’un Mondial, sont autant de sujets qui montrent que la problématique n’est pas une simple vue de l’esprit. Elle existe bel et bien, et mérite qu’on s’y attarde pour la juguler et l’évacuer définitivement, au lieu de laisser les pyromanes souffler sur des braises entretenues à dessein.
A. Salah-Bey

l Le conflit entre les joueurs issus du cru et ceux de l’immigration ne date pas d’aujourd’hui. Les anciens se rappellent des incidents survenus lors du Mondial Mexico. La nouveauté réside dans ce débat stérile enclenché par d’anciens footballeurs, pour une pitoyable histoire de leadership. Le conflit sombre dangereusement au point où certains remettent en cause l’«Algérianité» des autres. L’équipe nationale n’a pas besoin de ces querelles et tous ceux qui portent le maillot de l’Algérie ont un devoir de défendre les couleurs nationales. Les propos de ces anciens internationaux ont poussé l’actuel capitaine de Verts, Sofiane Feghouli, à réagir. «L’EN n’appartient ni à Feghouli, ni Brahimi, ni Mahrez. C’est au peuple algérien qu’elle appartient», a-t-il déclaré. La polémique n’a pas lieu d’être et il faudra passer à autre chose. L’intérêt de la sélection est plus grand que celui de tel ou tel joueur de telle ou telle génération. On est loin du statut cosmopolite de certaines sélections où malgré la présence de nombreuses origines, on s’unit autour d’un même objectif.      Dj. O.

Raouraoua devrait l’annoncer incessamment
Wilmots nouveau sélectionneur ?
Comme annoncé lors de notre précédente édition, le Belge Marc Wilmots devrait être le nouveau sélectionneur national d’Algérie. Selon nos informations, le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, et le coach en question auraient scellé définitivement l’accord et il ne reste que la signature du contrat entre les deux parties. L’annonce devrait être faite dès le retour au pays du premier responsable du football algérien qui se trouvait hier au Caire (Egypte) où il a pris part aux travaux de l’exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) et a assisté à la finale de la Ligue des champions d’Afrique qui a opposé le Zamalek à Mamelodi Sundows. Selon une source digne de foi, l’accord entre la FAF et Wilmots aurait été scellé sur la base d’un salaire mensuel de 70 000 euros. Le nouveau sélectionneur des Verts devrait ramener avec lui son ex-adjoint en sélection belge, en l’occurrence Vital Borkelmans, dont on dit qu’il est un parfait connaisseur de l’équipe nationale algérienne sur le plan technico-tactique pour l’avoir très bien suivie en prévision du match Belgique-Algérie pour le compte du Mondial-2014 au Brésil.    Anis B.

Les Verts à l’étranger
Standard de Liège
Belfodil passeur décisif
l L’international algérien Ishak Belfodil a livré une belle prestation lors de la large victoire de son équipe, le Standard de Liège, à domicile devant Beveren (5-0). En première période il offre d’abord une occasion à Raman qu’il lance d’une talonnade, avant de s’offrir une belle occasion en se faufilant entre deux joueurs avant de placer une belle frappe sauvée par le gardien. Au retour des vestiaires, il lance intelligemment Raman depuis le rond central d’un un extérieur du pied droit entre deux défenseurs pour le 4e but (56′). Il offre ensuite encore une balle de but à Raman d’un centre après un débordement à droite. Benlfodil a raté l’occasion de placer une nouvelle frappe au but après un bel appel en profondeur. Il a été l’auteur d’un coup-franc sur la barre transversale. L’Algérien a été un véritable poison pour la défense adverse et a confirmé son très bon début de saison avec 3 buts et une passe en 9 matchs.    R. S.

Belenenses
50 minutes pour Yebda face au Benfica
l Après une éclipse qui l’avait contraint de tenter une courte aventure dans le championnat des Emirats arabes unis, plus précisément à Al-Fujaïrah, aux côtés de son compatriote Madjid Bouguerra, l’ex-international, Hassan Yebda, a rejoint Belenenses pour rebondir et évoluer à un meilleur niveau. En effet, c’est avec une touche de nostalgie qu’il a retrouvé son ancienne équipe, Benfica Lisbonne, à l’occasion de la 8e journée du championnat de Liga Sagrès. Belenenses n’a pu mettre fin à la dynamique des Aigles lisboètes en concédant un net revers devant son public à Estádio do Restelo (0-2). Yebda a été aligné dans l’équipe type. Il a évolué pendant 50 minutes au milieu de terrain où il a tenté d’apporter son expérience et son abattage avant de céder sa place à Sturgeon. Suite à sa défaite, Belenenses occupe la 13e place avec un total de 9 points.     A. B.

Schalke 04
Bentaleb s’offre un doublé
l Le milieu de terrain de Schalke 04, Nabil Bentaleb, a retrouvé toutes ses sensations depuis son atterrissage en Bundesliga. En effet, en plus de son grand travail dans la récupération et la relance, l’international algérien fait étalage de son talent de buteur. Hier, à l’occasion de la réception de Mayence pour le compte de la 8e journée de championnat, Schalke a profité pour signer sa deuxième victoire de la saison (3-0). Bentaleb a été un des artisans de ce succès en réalisant un doublé. D’abord, en ouvrant la marque d’une superbe frappe à la limite de la surface de réparation (23’) pour ensuite corser l’addition après le but de son coéquipier Mayer en début de seconde période (48’). A l’affût d’un centre venant de la gauche, l’Algérien se met en position d’attaquant de pointe, reprend victorieusement et confirme la suprématie de son équipe (61’). C’est la troisième réalisation de Bentaleb en Bundesliga. Lui qui évoluait la saison dernière à Tottenham dont les supporters commencent à regretter quelque peu son départ au vu de ce qu’il est en train de réussir avec Schalke 04. Après un début très difficile, la formation de Gelsenkirchen commence à reprendre du poil de la bête en remontant à la 14e place avec un total de 7 points dans son escarcelle.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
28 queries in 0,460 seconds.