Belkalem à cœur ouvert : «Prêt à revenir en sélection et apporter mon expérience»

lundi 21 novembre 2016 à 9:32
Source de l'article : Lebuteur.com

Buteur vendredi dernier en championnat face à Nîmes, Essaïd Belkalem est en train de revenir en premier plan et de retrouver petit à petit son véritable niveau. Joint par nos soins, l’ancien défenseur de la JSK a accepté de briser le silence et de répondre à nos questions. De son aventure en Turquie à son choix d’opter pour ce club d’Orléans, en passant par cette expérience complétement ratée avec Watford la saison passée en Premier League, Belkalem a répondu avec la franchise qu’on lui connaît. Son souhait désormais, est de retrouver la sélection nationale et lui redonner la solidité dont elle a grandement besoin afin d’espérer réaliser une grande CAN au mois de janvier prochain. Entretien :

Vous vous êtes illustré vendredi dernier avec votre club d’Orléans en marquant un but décisif contre Nîmes en championnat. On imagine que vous êtes content, d’autant que votre club l’a emporté au final ?
Oui, c’est clair. C’était un bonheur pour moi de marquer et de mener mon club à la victoire. Ça remonte le moral.

Après une saison très compliquée, vous enchaînez actuellement les matchs avec Orléans. Comment vous sentez-vous physiquement ?
C’est vrai qu’après une période difficile où je n’ai pas eu beaucoup de temps de jeu, je commence petit à petit à retrouver mes sensations. Même si je m’entrainais en solo l’année passée, mais il faut avouer que rien ne remplace la compétition officielle. Après, dans une carrière d’un joueur, il y a des hauts et des bas. Il faut avoir un moral d’acier pour affronter ça. Désormais, je peux dire que le plus dur est derrière moi. J’enchaîne les matchs et je suis satisfait de ma progression. Tant mieux.

Les deux dernières saisons, vous avez eu beaucoup de blessures musculaires. En êtes-vous débarrassé désormais ?
Je ne sais pas pourquoi tout le monde parle de mes blessures musculaires. Je tiens à vous dire que je n’ai eu qu’une petite élongation qui s’est transformée malgré moi en déchirure et c’est tout. Et cela était dû au match que je ne devais pas jouer en Turquie. Le club m’a forcé à jouer car c’était un match important, et j’ai dû alors rater par la suite une CAN et rester quasiment six mois loin de la compétition.

Pourquoi avez-vous accepté de jouer et que vous étiez blessé à ce moment-là ?
Il faut savoir que c’est le club qui te paie. Quand le club prend une décision, et ben, tu n’as qu’à accepter ça, sinon tu te retrouveras à l’écart. Je ne veux pas trop rentrer dans les détails, mais à la base, je voulais me soigner avant et même le médecin de la sélection, avec lequel j’étais en contact, m’a déconseillé de jouer ce match, mais au final, le club n’a rien voulu savoir. J’ai joué et cette élongation s’est du coup transformée en déchirure. Quant à mon passage à Watford, il s’est passé des choses qui n’ont rien à avoir avec le football…

L’été dernier, vous avez opté pour le club d’Orléans alors que des équipes turques vous voulaient notamment. Pourquoi ce choix ?
C’est vrai que j’ai été sollicité par plusieurs clubs l’été dernier, notamment ceux de la Turquie. J’ai reçu des offres plus alléchantes que celle d’Orléans, mais mon choix a été dicté par des considérations sportives. Je sais que les gens se demandent pourquoi Belkalem a opté pour la Ligue 2 françaises alors qu’il a eu des offres des clubs plus prestigieux. Moi, je voulais avant tout rejoindre un club qui me permettra de jouer régulièrement. En plus, le niveau de la Ligue 2 française n’est pas si mauvais que ça. Après, je sais que lorsque je retrouverai ma forme optimale, je pourrai m’imposer facilement ailleurs.

La présence de Ziani et Yahia vous a motivé davantage pour choisir ce club, non ?
Oui, mais je ne vous cache pas qu’avant de signer à Orléans, j’ai consulté pas mal de gens de mon entourage. J’ai aussi pris le conseil de Vahid Halilhodzic qui m’a orienté vers un club qui me permettra de jouer. J’ai alors suivi son idée.

Pourquoi vous n’avez pas joué avec Watford la saison passée ?
Quand j’ai signé à Watford après la Coupe du monde, j’ai demandé à être prêté en Turquie et partir avec Halilhodzic à Trabzonspor, mais les choses se sont mal passées par la suite et le coach est parti. Watford à ce moment-là évoluait en Championship. Quand celui-ci a accédé l’année d’après en Premier League, je suis revenu avec une plus grande motivation. Cependant, les dirigeants avaient tracé leur plan et voulaient me prêter à Granada, vu que ce club cherchait un défenseur, mais moi, je n’ai pas voulu.

C’est quoi la raison du refus ?
Je ne veux pas polémiquer, mais si je suis revenu à Watford, c’était pour un projet sportif. Je ne voulais pas être prêté ailleurs, car à la base, j’ai signé à Watford. Je voulais donc rester, d’autant plus que j’avais les capacités pour m’imposer. Les dirigeants de Watford n’ont pas apprécié mon refus d’aller à Granada et m’ont du coup écarté. La suite, tout le monde la connaît.

Parlons un peu de la sélection. Vous avez sans nul doute suivi la dernière rencontre disputée par l’EN. Comment analysez-vous le rendement de la défense algérienne ?
En tant que footballeur, je ne vais bien évidemment pas me focaliser sur la défense. Mais si je le fais en ma qualité de supporter, là, c’est autre chose. Bref, ce n’est pas pour défendre ce secteur, mais je pense que tout le monde a failli, pas uniquement la défense. Le football moderne, c’est tout le monde qui défend et tout le monde qui attaque. Après, c’est vrai qu’il y a eu des fautes qu’on pouvait facilement éviter, mais c’est ça le football. La responsabilité d’un défenseur est bien plus lourde qu’un attaquant, certes, mais cela m’agace qu’à chaque fois, on ne tire que sur les défenseurs.

Ces derniers temps, on parle avec insistance de votre retour en sélection en prévision de la CAN. Avez-vous été contacté par le coach national, George Leekens ?
Le coach, non, mais avec la fédération le contact n’a jamais été rompu. On a toujours pris de mes nouvelles. Après, il n’y a aucun joueur qui peut refuser la sélection. Même ceux qui ont raccroché comme Bougherra ou Anthar, ne peuvent tourner le dos à la sélection si celle-ci a besoin d’eux.
Pouvez-vous redonner à la défense de l’EN sa solidité d’antan lors de la CAN si on vous refait appel ?
Pourquoi pas. Si je serai en forme d’ici-là, il n’y aura pas de problème. Je serai ravi d’apporter mon expérience à la sélection.

————————–

Contrairement à Bensebaïni
Belkalem sera supervisé par Leekens
Le sélectionneur Georges Leekens est plus que jamais décidé à renforcer la défense après les grosses erreurs commises lors du match face au Nigeria. Le technicien belge a plusieurs noms dans son calepin en prévision de la CAN, mais un seul joueur seulement est assuré d’être retenu pour la Coupe d’Afrique des nations sans pour autant être suivi. Il s’agit du défenseur Ramy Bensebaïni. Ce dernier sera présent au Gabon sans être supervisé par Leekens, contrairement à beaucoup d’autres. Par ailleurs, Georges Leekens compte aussi suivre d’autres joueurs. Le premier concerné, c’est l’actuel défenseur d’Orléans, EssaïdBelkalem. Ce dernier qui n’est plus en sélection nationale depuis janvier 2015, pourrait effectuer son retour dans le groupe de l’EN à l’occasion de la CAN, surtout suite aux problèmes défensifs que rencontre l’EN. Georges Leekens devrait se déplacer ou déléguer son assistant, Yazid Mansouri, pour suivre le joueur et juger son rendement. Il faut dire que ce retour pourrait être bénéfique pour les Verts dans la mesure où le joueur possède une certaine expérience des compétitions internationales en ayant pris part à la CAN-2013 en Afrique du Sud et la Coupe du monde 2014 au Brésil. Pour ce qui est des autres défenseurs, Georges Leekens compte superviser un certain nombre de défenseurs locaux comme Mohamed Benyahia de l’USM Alger, Ryad Keniche de l’ES Sétifet Zidane Mebarakou du Mouloudia d’Alger. L’arrière droit du Club Africain, Mokhtar Belkhiter, sera lui aussi suivi puisqu’il est en train de produire de belles prestations avec le club tunisien, dans le couloir droit, au moment où des lacunes ont été constatées dans ce poste, à l’instar de l’axe central.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
20 queries in 0,420 seconds.