Azamoum : « Je vais tout faire pour mériter les égards du coach Alcaraz »

mardi 8 août 2017 à 8:18
Source de l'article : Lebuteur.com

Faisant partie des joueurs les plus influents de son équipe, le milieu de terrain polyvalent de l’ESTAC Troyes a réussi ses débuts en Ligue 1 cette saison, en sortant un match quasi parfait contre Rennes en ouverture de championnat. Karim Azamoum, qui a été pour beaucoup dans la montée de Troyes parmi l’élite, se livre au Buteur et nous parler de la place qu’occupe la communauté algérienne dans ce club. Karim évoque avec beaucoup d’admiration l’ancienne star des Verts, Rafik Saïfi, qu’il qualifié de légende.

Vous entamez votre saison en Ligue 1 par un match plein contre Rennes, un mot sur votre prestation ?
Je dois dire que je suis très content d’avoir retrouvé la Ligue 1 avec mon club. L’année passée, on a pu réaliser une belle série qui nous a offert le droit de disputer les barrages et gagner contre Lorient pour revenir parmi l’élite. J’étais régulièrement aligné, j’ai joué presque tous les matchs et là, je commence la saison comme titulaire et Hamdoullah pour une première sortie contre une très bonne équipe de Rennes, le collectif a bien marché et j’ai pu confirmer aux attentes du coach. Cela nous donne plus de confiance pour la suite
Vous avez affronté Ramy Bensebaini contre Rennes, parlez-nous un peu de son rendement et que pensez-vous de lui ?
Bensebaini joue dans une équipe rennaise de qualité, donc il doit être très fort techniquement pour pouvoir espérer intégrer cette équipe dirigée par Gourcuff. Vraiment quoi qu’on dise, il m’a vraiment impressionné. Ramy est un joueur de bonne qualité, il est jeune, et il lui reste encore des années devant lui pour progresser et atteindre le plus haut niveau. C’est très intéressant pour la sélection nationale.
Vous jouez dans plusieurs postes au milieu du terrain, l’année passée vous vous êtes surtout distingué comme milieu axial, dans quel poste pouvez-vous briller le plus sur un terrain de football ?
Face à Rennes, j’ai joué comme milieu défensif mais je suis à l’aise comme relayeur et aussi comme milieu de couloir. Mon poste de prédilection est dans l’axe comme sentinelle ou un petit plus avancé. L’année passée, j’ai joué plusieurs matchs comme numéro 10 et cela m’a permis de marquer et de donner plusieurs balles de but. Ma polyvalence offre des solutions au coach et je profite pour rester compétitif le plus longtemps possible.
Vous êtes depuis quelques années à Troyes, une équipe où pas mal de joueur algériens ont réussi, vous-a-t-on parler de cela ?
Oui, c’est une équipe avec beaucoup de joueurs maghrébins et algériens qui ont eu un passage reluisant. Il y a encore Bejamin Nivet qui joue à Troyes depuis longtemps, il m’a parlé du passage de Karim Ziani et surtout Rafik Saïfi, là il est toujours avec moi au club, donc il me fait rappeler toujours les exploits de mes compatriotes dans ce club. Pour moi, ce sont des exemples à suivre et je veux aussi faire comme eux et pourquoi pas devenir un international dans les prochains jours, Inch’Allah.
Saïfi assure sa reconversion comme entraineur dans un grand club algérien, son ancienne équipe, le Mouloudia, croyez-vous que son vécu à Troyes lui servira pour réussir dans sa nouvelle mission ?
Vous savez, le métier d’entraineur est complètement différent. Une chose est sûre, ce qu’on connaît de Saïfi comme joueur pourrait l’aider à bien assurer sa reconversion comme entraineur. Rafik est un joueur passionné, c’est un grand professionnel, son expérience servira forcément le Mouloudia et Saïfi à devenir un entraineur de qualité. Il fait partie de l’histoire de Troyes. Ses exploits en Coupe d’Europe avec le club notamment son match légendaire contre Leeds je crois restent des souvenirs que chaque Troyen se souvient encore. Il a aussi évolué avec Troyes pendant pas mal d’années en Ligue1 où Rafik a aussi marqué l’histoire du club, on peut le voir déjà sur les murs du stade où avec ses anciens camarades, ils restent une belle histoire de la vie de Troyes.
La sélection nationale a connu l’arrivée d’un nouveau coach, espérez-vous avoir une chance de joueur pour votre pays ?
Bien sûr que ça reste dans un coin de la tête, j’espère que l’entraineur national suivra mes performances. A moi de le faire douter dans ses choix en m’illustrant sur les terrains de Ligue 1. C’est le souhait de tout joueur professionnel algérien de représenter son pays. Je sais que je dois enchaîner les matchs et belles performances pour attirer l’attention du sélectionneur Lucas Alcaraz.
 

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
76 queries in 3,971 seconds.