Kerbadj : «Je défie Zetchi de ramener une preuve de ….»

mercredi 2 août 2017 à 9:37
Source de l'article : Lebuteur.com

Le président de la Ligue de football professionnel, Mahfoud Kerbadj, s’est exprimé au sujet de la nouvelle saison 2017-2018 et des décisions prises. Il évoque aussi le communiqué de la FAF établi par le président Kheïreddine Zetchi où il a tenu à apporter quelques précisions.

Comment s’est déroulée la réception des dossiers des joueurs et l’enregistrement en ligne ?
Oui, c’est pour la première fois qu’il y a eu l’enregistrement en ligne. Nous l’avons instauré pour cette année et c’est une bonne chose pour l’Algérie car cela se fait dans les pays européens. Une fois les clubs enregistrent en ligne, la LFP effectue le contrôle et donne son aval. On a eu quelques soucis avec des clubs comme l’US Biskra ou l’USM El Harrach, mais cela est dû aux perturbations du réseau internet. On les a aidés. Ça concerne des cas de joueurs recrutés il y a longtemps, mais leur enregistrement a été confronté à des problèmes de perturbation de la connexion. Cette année, il y aura des nouveautés dans les licences. Les joueurs qui n’ont pas changé de club, continueront à jouer avec les licences de la saison dernière. On ne délivre de nouvelles licences qu’aux nouveaux joueurs.
Il y a des joueurs qui n’ont pas signé en club comme par exemple Kenniche, Khedaïria et Nadji et bien d’autres. Allez-vous trouver des solutions pour les joueurs chômeurs ?
Non, pas de solutions. Ils ont continué à marchander qu’ils assument leurs responsabilités. La date butoir, c’est le 31 juillet, ils doivent respecter les délais. Ce n’est pas mon problème. Puis, il y a le cas Nadji qui a refusé de se soumettre à la décision de son club. Il fait partie de l’effectif de l’ES Sétif, il doit seulement se mettre d’accord pour pouvoir jouer la nouvelle saison, puisqu’il possède déjà une licence. Mais à condition qu’il accepte les exigences de son club.
Est-il vrai que vous avez voulu harmoniser le mercato algérien avec le mercato international, à savoir le 31 août ?
Oui, c’est vrai. On a voulu que le mercato se termine le même jour que le mercato international, le 31 août, mais dommage. Nous avons saisi la FIFA par le biais de la FAF, mais les délais étaient courts. Dès maintenant, nous allons préparer le mercato estival prochain.
En prévision de la nouvelle saison, quels sont les stades qui n’ont pas été homologués ?
Comme vous le savez, la commission d’homologation des stades a effectué des visites dans ces lieux. Il y a des stades qui ont été homologués, d’autres non. Il y a eu des réserves qui ont été émises. Au plus tard le 15 août, les clubs seront interdits de recevoir dans le stade non homologué. Je citerai l’enceinte de Lavigerie, Brakni de Blida et celui de Sefouhi de Batna. Il y a même le stade Benabdelmalek de Constantine où nous avions exigé à ses gérants d’aménager un endroit spécial pour la presse. Vous savez, pour la première fois, il y a un représentant de la presse dans la commission d’homologation des stades pour veiller à ce que les conditions soient réunies pour la presse, afin de travailler dans de meilleures dispositions.
Pour ce qui est d’Alger, les derbys sont maintenus au stade du 5-Juillet…
Oui, bien sûr. Les derbys algérois auront lieu au stade du 5-Juillet. C’est un grand stade qui permet le spectacle en y assister au beau football.
Mais le MCA et l’USMA souhaitent y recevoir dans ce stade en championnat…
Là, je dois préciser pour qu’il y ait une meilleure compréhension du message. Le MCA ou l’USMA sont libres de jouer au stade du 5-Juillet. Je n’ai rien contre eux. A ce moment-là, le NAHD, le CRB ou l’USMH ont tout le droit de s’opposer de jouer les derbys dans le stade Olympique car ça devient la domiciliation d’un club précis. C’est tout.
Et la domiciliation du Paradou AC ?
En principe, ce sera à Dar El Beïda. Nous avons demandé aux gestionnaires du stade de refaire la pelouse car son état s’est dégradé. C’est un bon stade, mais la pelouse n’est pas bonne.
On sait que le PAC est un club avec une petite galerie. Ceci dit, le club jouera-t-il les derbys au 5-Juillet ?
Oui, évidemment. Le PAC est un club de la wilaya d’Alger, il est concerné lui aussi. On prend en considération l’appartenance et non pas le nombre de supporters.
Et concernant le calendrier de la nouvelle saison, qu’allez-vous faire face à la demande des présidents de club de refaire ce calendrier, puisqu’on accuse l’USMA d’avoir été largement favorisée ?
Le calendrier ne sera pas refait, point à la ligne. Je suis responsable et je le serai jusqu’au bout. Que les présidents de club m’excusent, mais je ne peux pas ouvrir cette brèche. Si le calendrier sera refait, d’autres présidents risquent d’être mécontents. Je précise que c’est la LFP qui a fait le calendrier et non pas la FAF. Je regrette par contre la position du président de la fédération durant la réunion, puisqu’il n’a pas été ferme avec les présidents de club.
Comment allez-vous faire concernant les dettes de la CRL ?
C’est très simple. Le BF a accordé aux clubs un délai jusqu’au 15 décembre. Passé ce délai, je convoquerai les clubs pour un dernier ultimatum avant de procéder à la défalcation de point. C’est ce qu’indique les lois de la FIFA et comme nous l’avions fait d’ailleurs avec le RC Relizane. La FIFA accorde toujours trente jours avant de saisir la fédération concernée et lui ordonner de défalquer les points. On n’interdit jamais le recrutement. J’irai encore loin. Ce n’est pas la CRL qui interdit le recrutement, c’est bien la commission discipline. Après, il est vrai que cette année, il y en a trop de dettes, à savoir vingt-deux clubs.
Et le problème de la CNAS ?
Le problème de la CNAS a été réglé depuis l’ère de l’ancien président de la FAF, Mohamed Raouraoua, et les documents sont à côté de moi. On s’était mis d’accord de payer un tarif forfaitaire de 32 milliards de centimes par club. Raouraoua s’était même engagé de payer la somme, après il y a eu un cafouillage. L’actuel président de la FAF était même présent à Ben Aknoun lorsque nous avions trouvé l’accord, en sa qualité de président du PAC.
Justement, un dernier communiqué paru  à la FAF évoque votre absence à la réunion à la CNAS…
Oui, c’est vrai, j’étais absent à cette réunion, mais j’ai délégué mon vice-président, à savoir Fouzi Guelil. La réunion a eu lieu en juillet, la veille on s’était rencontré à l’occasion d’une réception et il m’avait fait part de la tenue de cette réunion. Mais par rapport à mes obligations professionnelles qu’il connaît parfaitement, puisque je suis un commis de l’Etat, j’étais dans l’obligation de faire l’impasse sur cette réunion. Toutefois, l’instance que je préside a été représentée par le numéro deux. Que veut-il de plus ? En plus, j’ai délégué quelqu’un qui maîtrise bien le dossier de la CNAS mieux que moi. Je ne fais pas partie des gens qui tire la couverture uniquement sur lui. Guelil est plus compétent que moi dans ce dossier.
Le président de la FAF annonce aussi dans ce communiqué que vous avez interdit à votre vice-président Fouzi Guelil, d’assister à une réunion avec la CNAS…
Oui, c’est vrai. J’ai ordonné à Guelil de ne plus y aller à cause du manque de sérieux. Une commission a été installée composée du SG Mechrara-Guelil et du directeur des finances. Lorsque cette commission devait se réunir, Guelil s’est retrouvé tout seul. Personne ne s’est présenté à cette réunion.
Le communiqué de la FAF évoque vos absences aux réunions…
Vous parlez du communiqué de trois pages (rire). Il est vraiment lent et il m’a tellement fatigué que je n’aie pas pu le lire intégralement et je n’ai jamais vu un tel communiqué. Bref, évoquant les absences, la LFP était absente à un seul BF. Pour les autres, il y avait soit moi, soit mon vice-président Fouzi Guelil. Mon absence à la réunion des présidents est due au fait de ne pas avoir été informé. Je persiste et je signe. Personne ne m’a informé de cette réunion. Je précise aussi que je n’ai jamais dit que je n’ai pas été convoqué aux réunions du BF, mais à la réunion des présidents de club. Je défie M. Zetchi de ramener la preuve que j’ai été informé de cette réunion du 24 juillet. Je lui lance un défi puisqu’il aime les preuves, comme il a montré les messages électroniques concernant les réunions mensuelles. Avec l’ancien président de la fédération, il y avait des conflits et parfois je n’assistais pas aux réunion du Bureau fédéral, et après ? Que s’est-il passé ? Y a-t-il eu un communiqué dans ce sens ? Le niveau est vraiment bas. Je tiens aussi à préciser que je connais la réglementation à la lettre de par ma fonction, puisque j’occupe un poste important et de part mon niveau intellectuel, puisque je suis un juriste de formation. Je n’ai pas de leçon à recevoir ni sur le plan professionnel ni autre chose, surtout le travail administratif.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
69 queries in 54,343 seconds.