Mardi 22 mai à 8:55
Gestion des oeuvres sociales de l’éducation,La commission nationale installée

Gestion des oeuvres sociales de léducation,La commission nationale installée

Ces fonds, estimés à 20 milliards de DA, ont été remis à cette commission qui se chargera de leur gestion.

Les membres de la commission nationale chargée de la gestion des fonds des oeuvres sociales ont été installés officiellement, avant-hier à Alger, par le ministre de l’Education, Boubekeur Benbouzid.

Présidée par Benmecheri Abderrahmane, cette commission compte neuf membres entre principaux et suppléants élus le 28 février 2012. Les membres de cette commission sont issus des trois cycles scolaires, à savoir le primaire, le moyen et le secondaire.

Cette commission sera chargée de la gestion des fonds des oeuvres sociales accumulés au titre des budgets 2010 et 2011. Un budget substantiel estimé à 20 milliards de DA.

M.Benbouzid a appelé les membres de la commission à gérer ces fonds de manière transparente et responsable en vue de préserver les intérêts des enseignants et des travailleurs dans les établissements scolaires. «Ces fonds estimés à 20 milliards de DA ont été remis à cette commission qui se chargera de leur gestion», a annoncé le ministre de l’Education dans une allocution.

L’installation officielle des membres de la commission nationale est intervenue à la suite d’élections au niveau de tous les établissements scolaires du pays. Une élection qui a connu la participation des enseignants et des travailleurs du secteur.

Qualifiant cette opération d’ «inédite», puisque s’étant déroulée dans une atmosphère de démocratie, le ministre a ajouté que c’est ce «qui a permis de choisir une gestion centralisée de ces fonds». Voilà donc une des questions restées longtemps en suspens pour le secteur de l’éducation, résolue.

En effet, le règlement de cette question liée à la gestion des fonds des oeuvres sociales intervient dans le sillage des réalisations déjà accomplies par le secteur. Selon M.Benbouzid, «le statut particulier des travailleurs de l’éducation et le nouveau régime indemnitaire a résolu plusieurs problèmes professionnels du secteur». Pour rappel, «la décision ministérielle relative au mode de gestion des oeuvres sociales, définissant les mécanismes de contrôle de l’action des commissions de wilaya et nationale ainsi que la rationalisation des dépenses, a été promulguée le 19 février dernier».

Un texte qui définit aussi les modes et les sources de financement des programmes annuels des oeuvres sociales.

Ainsi, 3% sont prélevés de la masse salariale des travailleurs du secteur de l’éducation, y compris les primes et les indemnités.

Les fonds des oeuvres sociales sont également financés par «les recettes collectées dans le cadre des coopératives, des manifestations culturelles et sportives organisées par les commissions des oeuvres sociales, des contributions financières des travailleurs ainsi que celles provenant des aides et dons».

La commission prend en charge toutes les questions liées aux oeuvres sociales et définit les priorités en matière de dépenses en assurant la coordination au niveau national.

Enfin, s’agissant du contrôle financier de la gestion des oeuvres sociales, ce dernier est exercé par l’Etat.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source

articles similaires Algérie360

Recherche d'offres d'emploi

articles similaires Algérie360

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook