Grâce à l’Inde, l’entrée en vigueur de l’accord climat désormais imminente

dimanche 2 octobre 2016 à 19:41
Source de l'article : Huffpostmaghreb.com

On y est presque. L’Inde, 3e émetteur mondial de gaz à effet de serre, a ratifié dimanche 2 octobre l’accord de Paris sur le climat, grand pas vers son entrée en vigueur désormais imminente. Le document ratifié par New Delhi a été déposé au siège des Nations unies à New York vers 10h locales (16h heure française) a annoncé le ministre de l’Environnement indien sur Twitter.

Pour entrer en vigueur, l’accord conclu en décembre 2015 doit être ratifié par au moins 55 pays totalisant 55% des émissions de gaz à effet de serre. Un seuil désormais à portée de main. Avec l’Inde et ses quelque 4% d’émissions mondiales, un total de 62 pays (dont les deux plus grands pollueurs, Chine et Etats-Unis) représentant près de 52% des émissions ont ratifié l’accord.

L’accord de Paris sur le climat vise à contenir le réchauffement sous le seuil de 2°C par rapport au niveau pré-industriel.

Le président français François Hollande a salué, dans un communiqué diffusé juste avant la ratification formelle, le « rôle moteur » de l’Inde dans la lutte contre le réchauffement.

Même son de cloche du côté de Ségolène Royal, ministre de l’Environnement et présidente de la COP21, qui a relevé que « l’Inde qui représente 4,10% des émissions globales de gaz à effet de serre, porte le total des émissions couvertes à 51,89% ».

L’Union européenne (total de 12% des émissions), soucieuse de ne pas apparaître à la traîne, s’apprête à emboîter le pas en ratifiant le document dans les jours à venir, au terme d’une procédure accélérée.

Soucieux de peaufiner son image écologique, le gouvernement du nationaliste hindou Narendra Modi a choisi la date symbolique du 2 octobre, jour anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi, pour ratifier l’accord issu de la COP21.

Le dirigeant du mouvement pour l’indépendance de l’Inde a vécu une existence marquée par une faible empreinte carbone, avait déclaré Narendra Modi pour expliquer ce choix. Malgré ses promesses écologiques, l’Inde dépend fortement de ses très polluantes centrales au charbon, qui totalisent près de 60% de sa production d’électricité.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
18 queries in 0,425 seconds.