Des députés britanniques appellent à agir contre la «politique expansionniste» d’Israël.

vendredi 18 novembre 2016 à 19:18
Source de l'article : Radioalgerie.dz

Des députés britanniques ont appelé le gouvernement à joindre l’action à la parole pour faire pression sur l’occupant israélien en Palestine afin qu’il cesse sa «politique expansionniste» au détriment des terres palestiniennes.

Lors d’une rencontre organisée, mercredi soir au Parlement, des députés de différents partis politiques ont relevé que le gouvernement britannique «reconnaît que l’occupant israélien est injuste envers les Palestiniens» et «condamne sa politique expansionniste illégale», mais que «ses paroles ne suffisent pas» pour changer la situation.

Ils ont soutenu que les condamnations et les inquiétudes exprimées par le gouvernement à chaque annonce de démolitions de foyers palestiniens ou de constructions de colonies israéliennes sur leurs terres, «n’ont aucun impact» et qu’il est temps que le Royaume-Uni « pèse de son poids sur la scène internationale pour faire pression sur Israël».

Les députés Philipa Whitford du parti national écossais (SNP), Andy Slaughter du parti travailliste, Labour Party, Tania Mathias du parti conservateur au pouvoir, et d’autres ont tous appelé le gouvernement à «prendre des mesures concrètes contre Israël afin de l’emmener à respecter le droit international et à cesser de forcer les Palestiniens au déplacement en persistant à voler leurs terres pour y construire des colonies».

Une stratégie d’extermination du peuple palestinien : le laisser-faire du Royaume-Uni…

Le Royaume Uni, a «une responsabilité historique et morale» de soutenir les Palestiniens qui vivent une situation «déplorable» après la destruction de 70% de leurs maisons, il devrait agir pour contraindre les forces israéliennes à cesser leur politique visant à exterminer tout un peuple», ont souligné les intervenants.

Le gouvernement britannique devrait également cesser ses relations commerciales avec Israël, ont-ils estimé, notant la «contradiction» de Londres qui annonce son refus de la «politique expansionniste» mais maintient ses relations «intactes», ce qui «encourage le gouvernement israélien à poursuivre ses constructions illégales sans s’inquiéter».

Ils proposent la révision de l’ensemble des relations britanniques avec les colonies israéliennes, et la mise en place de lignes directrices aux entreprises et aux banques pour s’assurer qu’elles n’ont aucun lien commercial, financier ou d’investissement avec les colonies israéliennes.

Le Royaume-Uni doit également cesser tout accord avec Israël en relation avec les colonies construites sur les terres palestiniennes et interdire l’importation des produits de colonisation, affirment les députés britanniques.

Si les députés écossais et ceux du Labour Party ont souvent soutenu la cause palestinienne, ceux du parti conservateur au pouvoir «commencent à prendre conscience et à réfléchir sérieusement à la justesse de la cause palestinienne et à l’injustice d’Israël envers les Palestiniens», selon la députée Tania Mathias.

Présent à la rencontre, l’ambassadeur palestinien à Londres, Manuel Hassassian, a fait un long exposé sur la situation actuelle dans les territoires occupés et des revendications de l’autorité palestinienne auprès du gouvernement du Royaume-Uni.

Des représentants de plusieurs organisations britanniques de solidarité avec la Palestine et des universitaires, ont participé à la rencontre, organisée au lendemain d’une journée nationale de lobbying pour la Palestine, au Westminster, siège du parlement britannique.

En marge de cette réunion, le directeur de l’ONG «Palestine Solidarité Campagne», initiatrice de la journée, Ben Jamel, a déclaré à l’APS que plus de 2000 citoyens britanniques ont répondu favorablement à l’action, et qu’au moins 450 se sont entretenus avec leur député pour demander des mesures contre Israël pour non respect au droit international, et pour entrave à la paix.

«Le parlement et toutes les ONG doivent continuer à faire pression sur le gouvernement britannique jusqu’à ce qu’il décide de prendre des mesures à même de faire pression lui même contre Israël», a-t-il dit.

Pour rappel, Le Parlement britannique a adopté, en octobre 2014, une motion reconnaissant l’Etat de Palestine, avec 274 voix contre 12. Ce vote, même s’il n’avait pas changé la politique étrangère du Royaume-Uni envers la Palestine, avait été considéré comme une grande avancée pour la cause palestinienne.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
25 queries in 0,435 seconds.