Tipasa : Bou Ismaïl, colère des habitants et langage cru du wali

lundi 21 novembre 2016 à 19:10
Source de l'article : Reporters.dz

Contrairement aux trois autres daïras (Damous, Cherchell et Fouka) où la délégation conduite par le wali a été accueillie dans le calme et la sérénité, la première sortie dans la daïra de Bou Ismaïl a été accueillie bruyamment par des citoyens en colère qui ont tenu à exprimer leurs problèmes entres autres celui lié aux inondations qui ont touché leurs habitations après les dernières pluies.

Les différents programmes de protection des villes contre les inondations dans la wilaya de Tipasa sont, ces derniers temps, mis à rude épreuve, car malgré les dépenses des pouvoirs publics engagées ces dix dernières années, certains tronçons routiers de la région de Bou Ismaïl, Douaouda, Bou Haroun et Fouka restent toujours sujets aux inondations. De plus, le laisser-aller des édiles et l’absence d’entretien et de curage des caniveaux, des réseaux d’assainissement et d’écoulement des eaux de pluie viennent ajouter à la gabegie et à la mal-vie des citoyens des quartiers fragiles.
Après la visite des différents projets touchant les secteurs de l’éducation, du tourisme, de l’amélioration urbaine et autres d’utilité publique urgente, les membres de l’exécutif sont allés à la rencontre des représentants de la société civile autour d’une rencontre d’évaluation des problèmes et des besoins qui s’est tenue dans la salle de conférences de l’ENSM (Ecole nationale supérieure maritime)
La présence dans la salle de ce qui est appelé les notables et représentants du mouvement associatif local, triés sur le volet et portant des badges pour identifier les participants et empêcher l’arrivée d’intrus, a permis de poser dans le calme les problèmes qui se résument autour des mêmes revendications, à savoir le logement, les routes, les infrastructures destinées aux jeunes (sport et culture), la mosquée et autres préoccupations liées à la vie quotidienne dans la cité.
Dans son intervention préliminaire, le nouveau chef de l’exécutif a été on ne peut plus clair quant à la nécessité d’utiliser les deniers de l’Etat avec parcimonie et de compter sur soi en veillant à trouver des ressources pour prendre en charge les petits projets destinés à améliorer la vie dans la collectivité locale.

Situation financière et langage de vérité

Durant la rencontre, il a beaucoup été question de langage de vérité dans la présentation de la situation financière du pays et de transparence dans la gestion des deniers publics pour faire face à la situation de vaches maigres installée déjà et dont les retombées seront, encore, plus fortes dans les mois à venir.
La daïra de Bou Ismaïl, indiquera le wali d’entrée de jeu, a bénéficié lors du dernier quinquennal d’une enveloppe de 9 milliards de dinars sans parler des programmes de logements et de branchements des foyers au gaz et à l’électricité, avec des résultats probants sur l’amélioration des conditions de vie des milliers de familles. Même s’il reste encore beaucoup à faire, plaidera-t-il, il nous faut à l’avenir à tous, c’est-à-dire les responsables chacun à son niveau, élus et citoyens, gérer avec parcimonie nos finances et trouver d’autres moyens pour remédier au gel momentané de nombreux projets induit par la crise.
Le wali n’a pas hésité à user d’un ton tranchant à l’égard de certains citoyens qui continuent leur litanie de réclamations en usant de langage éculé tel (que nous demandons, nous exigeons) en demandant à tous de retrousser les manches pour améliorer leur vie.
Il utilisera même, à plusieurs reprises, de l’expression de « mettez votre ceinture » pour ne pas dire de « serrer la ceinture » à l’avenir qui aurait mieux convenu par lestemps de déficit budgétaire qui courent.Les citoyens appelés à sortir de leur torpeur
A un citoyen qui se plaignait du manque d’hygiène dans le quartier où il réside, le wali lui rétorquera que « personne ne viendra nettoyer devant chez toi, alors que toi tu dors… un franc parler qui a surpris. A l’avenir vous devez mettre la main à la pâte et vous prendre en charge, ne manquera pas d’insister le wali qui appelle les citoyens à sortir de leur torpeur en nettoyant devant chez eux et en plantant des arbres et autres espaces verts pour améliorer leur cadre de vie au lieu d’attendre des élus qu’ils le fassent pour eux.

Un plaidoyer perçu comme étant en faveur des élus qui n’est pas tombé dans l’oreille de sourds, puisque ces derniers pourront se targuer des propos du wali pour se complaire dans l’inaction et le laisser-aller sous prétexte de manque de civisme.
« La force de frappe, c’est vous à l’avenir », dira encore le wali, un langage qui ne semblait pas être du goût de certains participants qui ne manqueront pas de commenter sarcastiquement ses propos liés, selon eux, à la mauvaise conjoncture économique qui veut les responsabiliser maintenant que les caisses sont vides.
La visite dans la daïra de Bou Ismaïl a permis au wali de constater de visu l’état des lieux et des projets en cours dans la région un des plus importantes sur le plan démographique et où les besoins sont en constante augmentation eu égard à l’arrivée de nouveaux habitants.
La tournée du premier responsable qui a débuté dans la commune d’Ain Tagourait a permis de se rendre compte de l’état d’avancement du projet d’aménagement du front de mer lancé il y a plusieurs années. Après une halte au niveau du siège de l’APC qui a été réalisé ces dix dernières années et qui bénéficient de toutes les commodités pour la mise en place d’une administration moderne, la délégation a visité le projet de réalisation d’un jardin public et l’aménagement de la forêt récréative et de la cascade qui avait fait dans le temps la réputation de la commune.
Après un exposé sur le programme d’énergie inscrit au profit de la daïra présenté par le directeur de l’énergie et des mines, la délégation s’est rendue à Bou Haroun, deuxième commune la plus importante de la daïra qui abrite le deuxième prote de pêche au niveau national.

Même topo  à Bou haroun
Même topo avec la visite du chantier du projet de traitement et de consolidation de la falaise côté sud du port de Bou haroun, un projet qui traîne en longueur en raison de l’insuffisance de l’enveloppe et de la dureté de la tâche.
Le projet de réalisation des 500 logements RHP suivi de la présentation de tous les programmes du logement (tous segments confondus) retenus dans cette zone a été fait par le directeur du logement.

Dans la commune de Khemisti, la délégation s’est rendue successivement au siège de l’APC puis visité le lycée 800/200 avant de se rendre sur la zone d’activités ou de nombreuses décisions controversées ont été accordées et qu’il va falloir assainir. Un vaste chantier qui attend le nouveau wali.
La tournée a pris fin dans la commune de Bou Ismaïl où les membres de l’exécutif et les élus ont pris connaissance du projet d’aménagement du stade communal (réalisation gradins 1ere tranche) puis visité le projet de réalisation d’un hôtel par un investisseur privé, un projet inscrit dans le cadre du renforcement du parc hôtelier de la wilaya et qui est en voie d’achèvement.
Le parachèvement de la piscine semi olympique, très attendu par les jeunes de toute la région, a été l’autre halte du programme où était inscrit le projet de réalisation d’un centre de proximité des impôts (CPI) ainsi que le centre d’excellence de formation dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) qui est au stade de l’équipement et qui ouvrira ses portes incessamment.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
14 queries in 0,461 seconds.