Spécial Présidentielles 2014

Toute l'actualité en direct
Dimanche 7 mars à 22:10
Zoom sur le magazine Dzeriet.

Cette semaine, je me suis offert le magazine Dzeriet N°60 du mois de février pour vous livrer ma petite analyse et critique du lecteur très occasionnel que je suis !

Alors on commence par le slogan du mag qui se veut et s’autoproclame « le magazine n°1 le plus lu en Algérie ». Déjà là, deux points : « n°1 » et « le plus lu », nous sommes confrontés à ce que l’on appelle communément en langue française un pléonasme, le n°1 étant forcément le plus lu, donc pourquoi le répéter deux fois au mépris de la rhétorique la plus élémentaire ? À moins qu’il ne soit n°1 dans une catégorie autre que celle des ventes… Deuxième point, c’est cette auto-proclamation de n°1 ! Pourquoi n°1 ? Sur quels chiffres se basent-ils ? Nous, on veut savoir.
Surtout qu’en lisant quelques articles sur le site internet, j’ai été confronté à quelques fautes de frappe, par exemple « j’ai rajouté du sucre pour afner le goût » ou alors « histoire de soufer un peu lors d’une journée chargée ». Oui bon, ce sont de petits oublis, mais juste pour revenir au slogan, c’est peut-être le magazine le plu lu, mais certainement pas le plus relu avant publication.

Pour la couverture de ce mois de février, une photo que je pense être tirée d’un catalogue MANGO.
Les gros titres en Une :
Soin : « les compléments alimentaires ». Un article qui se résume à une demi-page pour nous vendre un shampoing énergisant à 1300Da et des comprimés et vitamines à 695Da.

On a aussi la rubrique Couple avec comme titre – que dis-je !! – comme cri de détresse : « il ne m’offre jamais rien ! ». En gros, ce sont des femmes qui râlent parce que leurs mecs ne leur font pas de cadeaux… Qu’à cela ne tienne, à la fin de l’article on trouve une pub pour un parfum pour femmes.

Rubrique sexualité, en ce mois de février c’est la taille du sexe de l’homme qui est à l’honneur.
En gros l’article est une suite de témoignages de femmes de tout âge, qui déblatèrent sans « tabou » sur la taille du sexe de leur compagnon.
Bon, apparemment, les algériennes sont unanimes ou du moins d’après le magazine. La taille n’a aucune importance, mais il y a tout de même quelques contradictions.
A la question « pensez-vous que la jouissance dépend de la taille ? » Rime, 35 ans (si vous connaissez des Rime de cet âge, c’est le moment ou jamais) répond donc « la taille est primordiale, je fantasme sur un sexe puissant » pour qu’à la fin elle précise « mais puissant ne signifie pas énorme ». Ow ? Elle vient de dire que la taille est primordiale et qu’elle rêve de puissance, après elle nous explique que par puissance elle entend par là le « savoir-faire » ?
En tous cas Rime 35 ans, Lydia 24 ans, Dina 28 ans, Nihad 24 ans et Karima 30 ans n’ont pas – passez-moi l’expression – leur langue dans leur poche.
Quant aux réactions des hommes, là aussi grand classique, on a droit à des témoignages de gros complexés ou de vantards, c’est au choix ! Et aussi psychologues à leurs heures perdues… Par contre, celui qui a retenu mon attention c’est le petit Walid 22 ans (je balance toujours) qui nous confie que son sexe mesure 12 cm et qu’il a peur de ne pas pouvoir satisfaire… Moi ce que je te conseille Walid, c’est de prendre attache avec Rime ou Lydia ou… Enfin, t’as l’embarras du choix, contacte la rédaction de Dzeriet.

Autre dossier société, celui sur la drague intitulé « n’habek ya djedek ». Vu le titre, je m’attendais à de bonnes répliques cultes de drague algérienne, mais au final rien ! En gros ça nous dit que les femmes aiment être draguées gentiment et que par moment les hommes sont insultants ou alors lourds… Enfin que des scoops et de la pédagogie de salon de thé.

Une fois à l’intérieur du magazine et aux premières pages, on tombe sur l’interview d’un jeune animateur radio et télé qui nous promet ses secrets sur l’amour et les femmes.
Première question : « êtes-vous galant au volant de votre voiture ? ». Bon, pourquoi pas ! C’est une question à laquelle on ne pense pas souvent et à tort je trouve.
Autre question : « votre meilleure qualité ? » Et là, je vous laisse juger de la modestie de ce dernier : « je pense être loyal, courageux, généreux et démesurément sympathique ». Là je suis un peu langue de pute car en même temps, elle lui a demandé de citer ses qualités, c’est donc normal de se jeter des fleurs, sauf qu’on lui avait demandé de n’en jeter qu’une, pas tout un bouquet… Par contre pour les défauts, là on a du mal à faire la différence avec les qualités.
Réponse pour la question vos défauts ? : « L’acharnement, il m’arrive de me battre pour des causes qui n’en valent pas vraiment la peine, je suis naïf, car on m’a souvent mené en bateau »… Mené en bateau, c’est l’impression que j’ai eue aussi en lisant cette interview.
Autre question et ma préférée « quel cadeau allez-vous offrir à votre moitié ? » Déjà, il n’a pas de moitié, vu qu’à la fin de l’interview il déclare vouloir trouver le grand amour (ou alors s’il en a une, sympa pour elle et le grand amour qu’il cherche encore). Enfin, la question aurait du être posée autrement. Et la réponse est « j’offrirais une journée dans un SPA »… Pourquoi cette question est ma préférée ? Et bien parce qu’une fois la page de l’interview tournée, devinez sur quoi on tombe ? Boum ! Une promo sur un nouveau centre de SPA qui vient d’ouvrir ! C’est dingue comme le hasard fait bien les choses non ?

Sinon le reste du magazine, c’est classique, les jeux, le test psycho, l’horoscope avec une photo pas à son avantage de Mehdi l’animateur radio, un petit agenda culturel avec deux trois événements qui se battent en duel, des interviews promo et puis tout plein d’articles et de dossiers là aussi promo pour des agences ou des marques. En gros, entre deux pages de pub, vous avez un article promotionnel.

Pour conclure, je terminerai non pas par la dernière page du magazine mais par la première, où se trouve l’incontournable édito. Et dans ce dernier, la rédactrice nous jure que Dzeriet « arrive à la rescousse pour réchauffer le cœur des célibataires »… Et là, la promesse est plus que tenue. Car si en tant que femme célibataire je vois en Une un dossier sur le frotti, un autre sur les petites quéquettes, un autre sur l’hyperactivité des gosses, un autre sur la grippe A chez les femmes enceintes, un autre sur les femmes qui râlent parce que leurs copains ne leur offrent rien, un article sur le SIDA, un autre sur les problèmes de fertilité, etc.… je suis effectivement soulagée : je n’abandonnerai mon célibat pour rien au monde.

http://www.facebook.com/pages/Malik-Mehnis-publications/54814898880

Cliquez ici

pour lire l'article depuis sa source

articles similaires Algérie360
articles similaires Algérie360

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook