Etablissement public hospitalier de Mesra (Mostaganem): Un infirmier major demande une enquête !

lundi 7 août 2017 à 21:20
Source de l'article : Reflexiondz.net

Attributaire d’un détachement depuis l’EPSP de Mesra vers l’EPH de la même ville, un infirmier major de la santé publique s’est vu refusé le nouveau poste pour la simple raison qu’un groupe de travailleurs ait exprimé son refus par une manifestation non autorisée, par peur de perte de privilèges mal acquis !

Monsieur Meralet Mohamed dont il s’agit, s’est rapproché du journal pour dénoncer cet état de fait et se faire entendre de messieurs le wali de Mostaganem, le directeur de la santé et de la population ainsi que de l’inspecteur général de la fonction publique, et par le biais demander une commission d’enquête indépendante à l’établissement public hospitalier.  Il s’estime victime d’insulte morale et de confiscation de ses droits garantis par la loi et la constitution ainsi que les accords internationaux sur les droits de l’homme, suite à une complicité d’un groupe d’employés frauduleux, écrit-il, qui ont des intérêts personnels. Ces derniers, ajoute le concerné, ont poussé le personnel féminin pour annuler « ma décision administrative de détachement vers l’EPH de Mesra, imposée par la force de loi, et ont organisé une manifestation sans autorisation d’ailleurs ». D’où explique-t-il, la décision de détachement qui a été annulée, mentionnant un peu plus « ce qui est contraire aux lois et même abus de l’autorité de l’administration ». Il précise en outre que le directeur de cet établissement n’a pas réagi envers cet acte ce qui a entrainé l’annulation de ladite décision. « Démarche qui est une violation incontestable et en violation des textes législatifs et du droit ».  Meralet Mohamed qui demande une enquête en bonne et due forme, s’est aussi attelé dans sa correspondance remise à la rédaction, sur l’attribution de postes supérieurs à des infirmiers n’ayant pas d’expérience professionnelle inhérente et stipulée dans la loi fondamentale, par des façons aléatoires en parallèle à l’exclusion d’infirmiers titulaires de postes supérieurs nommés. Une discrimination qu’il juge simplement d’un abus clair du pouvoir. « A l’exemple d’infirmiers qui prennent en charge des postes administratifs comme directeur de garde, en faveur des primes financières ! Ce qui constitue une violation de gros calibre et la preuve vivante de la mauvaise gestion de cette institution ». « Violations lesquelles », rapporte Meralet Mohamed, « devraient faire l’objet d’enquête puisqu’elles représentent des intérêts personnels de ce groupe d’employés opportunistes ayant permis de stopper la mise en œuvre de la décision administrative par des manœuvres frauduleuses, afin qu’ils puissent continuer de jouir de privilèges illégaux ». Et d’achever sa missive : « je demande ainsi une enquête ouverte sur les points suscités et une prise de mesures appropriées et un redressement équitable me permettant d’exercer mon droit étant donné que je remplie toutes les conditions édictées par les textes réglementaires en vigueur ».
Ilies BENABDESLAM

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
39 queries in 3,791 seconds.