Un délai de deux ans pour relancer la bourse d'Alger

lundi 15 juin 2009 à 11:51
Source de l'article :

Le président de la Cosob l’a affirmé hier

La bourse d’Alger est en léthargie depuis sa création en 1999. Hormis deux titres cotés et quatre emprunts obligataires, elle n’arrive toujours pas à se hisser au niveaux des places financières internationales. La Commission d’organisation et de surveillance de la bourse (Cosob) compte ainsi se redéployer et donner un nouveau souffle à la bourse d’Alger. Son président, Nouredine Samin, invité de la radio chaîne III a expliqué qu’un plan sous forme d’une feuille de route est mis en place car les résultats réalisés sont « insuffisants ». Il englobe cinq axes principaux dont le plus important et relatif à la communication et au marketing.  » La Bourse d’Alger est toujours méconnue du grand public « , a-t-il déclaré. L’objectif de la Cosob étant de faire sortir la bourse de l’inactivité qui la caractérise. Mais par quels moyens ? Le président de la Cosob a affirmé que le plan en question s’étalera sur  » deux ans pour que l’Algérie dispose d’un marché dynamique et relancer par là la bourse « . Dans ce sens, un bilan a été établi en concertation avec les différents acteurs, notamment le ministère des finances. Nouredine Samin a souligné que les objectifs assignés sont  » réalisables  » car l’environnement financier a  » évolué avec la modernisation du système financier et l’implantation d’une vingtaine de banques privées « . Mais le plus important est d’arriver à entrer des entreprises algériennes en bourse. Une mission qui demande encore des moyens tant au plan organisationnel que financier. Le président de la Cosob a indiqué qu’un travail sera mené pour faciliter l’accès aux entreprises.  » Nous allons créer u compartiment réservé uniquement aux PME  » a-t-il affirmé. Pour lui, il est temps pour que l’entreprise passe à une autre étape. Celle de disposer de  » fonds et de capitaux et non uniquement de crédits « . D’ailleurs cette situation a laissé bon nombre de PME crouler sous le poids de la dette. Le président de la Cosob a beaucoup insisté sur le rôle des épargnants et des banques.  » Nous avons constaté que les moyens financiers existent mais ne profitent pas au développement de l’entreprise « . L’épargne des citoyens peut  » constituer un réservoir pour les entreprises afin de disposer de capitaux à travers la bourse « . Mais force est de constater que le financement  » se fait par le bais des banques principalement  » alors que la possibilité de diversifier les ressources  » existe « . En tout état de cause, le président de la Cosob se donne comme délai  » deux ans pour réorganiser la bourse  » une des  » clés du développement économique « .

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
50 queries in 0,332 seconds.