Nouvelle baisse du pétrole: L’or noir n’arrive pas à enrayer sa chute.

samedi 5 novembre 2016 à 20:21
Source de l'article : Lemaghrebdz.com
Les cours du pétrole ont baissé jeudi pour la cinquième séance de suite, restant au plus bas depuis plus d’un mois dans un marché qui ne parvient pas à se défaire de ses inquiétudes quant à la surabondance générale.
Le cours du « light sweet crude » (WTI), référence américaine du brut, a perdu 68 cents à 44,66 dollars sur le contrat pour livraison en décembre au New York Mercantile Exchange (Nymex), après n’avoir connu que des séances de baisse depuis une semaine.
A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, qui a observé une évolution semblable, a encore cédé 51 cents à 46,35 dollars sur le contrat pour livraison en janvier à l’International Exchange (ICE).
« La pression reste là, faute de voir comment amoindrir l’offre pour le moment », a résumé Carl Larry, de Frost & Sullivan.
Les cours, qui évoluent depuis plusieurs jours au plus bas depuis la fin septembre, ont tenté un rebond en début de séance, mais sont vite retombés dans le rouge, faute d’actualité réellement encourageante.
Les investisseurs en sont donc revenus au contexte qui plombe le marché depuis la fin de la semaine précédente avec, d’un côté, les doutes sur un accord de baisse de la production au sein de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep) et, de l’autre, l’annonce d’un bond massif de presque quinze millions de barils des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis.
Sur ce dernier plan, « le problème, c’est que les raffineries américaines fonctionnent à une cadence ralentie et ne devraient pas vite reprendre leur rythme habituel », en pleine saison de maintenance, a expliqué M. Larry. « Et si les raffineries ne marchent pas, le pétrole brut n’a nulle part où aller », a-t-il insisté.
D’autres analystes notaient aussi que la production américaine risque de rebondir, car beaucoup de producteurs d’hydrocarbures de schiste sont susceptibles d’avoir accéléré leur activité à la faveur de l’embellie des cours en octobre.
Ryad monte les prix 
Cet essor, sur lequel le marché est désormais totalement revenu, avait suivi l’annonce fin septembre par l’Opep d’un projet d’accord entre ses membres afin de réduire leur production.
« Mais il va falloir attendre la fin du mois pour assister à de véritables actions face au niveau de l’offre », a prévenu M. Larry.
L’Opep doit encore mettre en oeuvre le texte à l’issue de son sommet du 30 novembre et les doutes règnent actuellement sur sa capacité à le faire: certains de ses membres en sont déjà exemptés, d’autres semblent désireux de l’être et les derniers chiffres en date montrent que l’offre du cartel reste à un niveau sans précédent. Certes, dans les derniers développements en date, l’Arabie saoudite, acteur dominant du cartel, « a relevé ses prix vers ses clients asiatiques et cela peut être perçu comme une manière de témoigner de son engagement à parvenir à une baisse de la production », des tarifs plus élevés supposant une offre moindre, a rapporté Bob Yawger, de Mizuho Securities.
Cette actualité a cependant semblé n’apporter qu’un bref soutien au marché, son aspect symbolique ne semblant pas peser très lourd par rapport aux doutes régnant sur la bonne volonté de pays comme l’Irak, deuxième producteur du cartel, pour freiner leur offre.
La hausse des tarifs saoudiens « peut être interprétée comme quelque chose d’encourageant, mais cela risque de n’être que le reflet de l’évolution saisonnière des raffineries et non d’un véritable rééquilibrage entre l’offre et la demande », a estimé dans une note Tim Evans, de Citi.
De façon plus engageante, « on peut espérer qu’à court terme, des déclarations optimistes de ministres de l’Opep puissent contribuer à relancer un peu les cours avant le sommet du 30 novembre », a-t-il conclu, tout en exprimant son scepticisme sur les effets concrets du projet d’accord à une échéance plus lointaine.
Rebond en Asie 
Les cours de pétrole ont rebondi jeudi matin en Asie en raison d’achats à bon compte, après une dégringolade due, encore, à une offre surabondante.
Vers 05h00 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, gagnait 37 cents à 45,71 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne du brut, pour livraison en janvier, progressait de 52 cents à 47,38 dollars.
Alors que les réserves américaines de brut n’avaient presque enregistré que des semaines de baisse depuis deux mois, surprenant régulièrement les analystes, le ministère de l’Energie a brusquement ramené les investisseurs à la réalité en faisant état d’un bond de quasiment 15 millions de barils lors de la semaine qui s’est achevée le 28 octobre. Cette hausse est la plus forte depuis le début des annonces hebdomadaires en 1982. Elle est en outre 7 fois plus forte que ce sur quoi tablaient les investisseurs. Toute hausse des réserves américaines est interprétée comme une demande morose dans la première économie au monde, dans un contexte de cours plombés par la surabondance globale de l’offre. Les sentiments étaient déjà en berne car on avait de plus en plus de mal à croire en un accord significatif à l’Opep pour baisser la production, a déclaré Alex Furber, de CMC Markets à Singapour. Beaucoup d’analystes sont pessimistes et l’or noir pourrait rapidement tomber à 40 dollars. La surproduction a plombé les cours. Le baril se négociait au-delà de 100 dollars en juin 2014.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
15 queries in 0,447 seconds.