L’Iran plombe les prix du pétrole

lundi 14 novembre 2016 à 18:55
Source de l'article : Huffpostmaghreb.com

Les cours du pétrole ont ouvert en baisse ce 14 novembre à New York après de nouveaux éléments alimentant les craintes d’une offre élevée de l’Opep, notamment l’Iran, et donc les doutes sur un accord au sein du cartel à la fin du mois.

Le prix du light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, perdait 51 cents à 42,90 cents sur le contrat pour livraison en décembre au New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours sont vraiment plombés par l’annonce lors de week-end que l’Iran allait accroître sa production de quelque 200.000 barils par jour (bj) avec l’ouverture de nouveaux gisements, a rapporté John Kilduff, d’Again Capital.

Cette annonce est jugée de mauvais augure à l’approche le 30 novembre d’un sommet de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont est membre Téhéran. Le cartel doit y entériner un projet d’accord de baisse de la production entre ses membres, que les investisseurs espèrent voir rejoints d’autres pays comme la Russie.

L’actualité sur l’Iran va rendre d’autant plus difficile un accord au sein des membres de l’Opep et avec d’autres acteurs, a prévenu M. Kilduff.

Certes, l’Iran, qui fait son retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions, est théoriquement exempté de participer à ce pacte, de même que la Libye et le Nigeria, mais en faisant preuve de mauvaise volonté, Téhéran risque de froisser son grand rival régional, l’Arabie saoudite, qui domine l’Opep et tente pour l’heure de défendre ce projet d’accord.

Qui plus est, les annonces de l’Iran n’ont fait que s’ajouter à un rapport mensuel de l’Opep, qui estime que la surproduction mondiale atteindra 950.000 barils par jour l’année prochaine, en se basant sur une comparaison de la production actuelle de ses membres avec des projections pour 2017, ont rapporté dans une note les experts de Commerzbank.

Et cela ne prend même pas en compte la hausse de la production iranienne, ont-ils souligné, remarquant que l’Irak était aussi en train d’accélérer nettement sa production.

Alors que les cours avaient bondi après l’annonce du projet d’accord de l’Opep, ils sont revenus à leur niveau de la mi-septembre, face à l’incapacité du cartel à faire des annonces concrètes malgré de multiples réunions, et sont tous proches de chuter encore plus bas à New York.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
18 queries in 0,420 seconds.