Un guide pour vulgariser la réglementation des exportations hors hydrocarbures

jeudi 27 octobre 2016 à 11:58
Source de l'article : Latribunedz.com

Dans le but d’encourager et de faciliter les exportations hors hydrocarbures, la direction générale des Douanes algériennes va publier, en 2017, un guide de l’exportateur qui sera distribué gracieusement aux intéressés, a annoncé, hier, le directeur général de cette institution, cité par l’APS.

Dans le but d’encourager et de faciliter les exportations hors hydrocarbures, la direction générale des Douanes algériennes va publier, en 2017, un guide de l’exportateur qui sera distribué gracieusement aux intéressés, a annoncé, hier, le directeur général de cette institution, cité par l’APS. Le responsable des Douanes, qui s’exprimait lors d’une visite de travail qu’il a effectuée, mardi dernier, dans la wilaya de Béchar, a indiqué que les opérateurs économiques nationaux vont pouvoir ainsi disposer d’un document qui résume et détail l’ensemble des étapes des procédures douanières pour l’exportation des différents produits et marchandises hors hydrocarbures. Selon M. Bentahar, cet opuscule, en plus de permettre la vulgarisation de la réglementation en matière d’activités d’exportation, facilitera la professionnalisation de ce type d’activités économiques. Ainsi, il sera un outil d’encouragement et d’incitation aux activités de production et d’exportation des diverses productions nationales. Ce guide constitue une contribution de l’administration douanière au développement de l’économie nationale, indique le DG des Douanes algériennes. Donnant un exemple concret des mesures de facilitation et de promotion des exportations hors hydrocarbures, M. Bentahar dira que son institution a procédé dernièrement à l’établissement dans la ville de Biskra des procédures douanières in situ pour un exportateur de dattes vers l’étranger, permettant ainsi aux équipes douanières de réaliser les différents actes douaniers pour faciliter l’acheminement du produit directement vers le port d’exportation.

La publication d’un guide et la mise en place de procédures douanières in situ sont de louables initiatives, dans la mesure où il est désormais établi, depuis que les recettes extérieures sont en chute libre, que la seule alternative qui soit offerte au pays est d’agir sans atermoiements sur les dépenses et de diversifier les sources de revenus extérieurs en multipliant les volumes d’exportation. Sur ce dernier point, il est utile de rappeler que le gouvernement envisage de créer 5 consortiums d’exportation devant arriver à l’horizon 2018 à multiplier par 10 le volume des exportations de produits agroalimentaires. L’objectif est à la portée dans la mesure où le pays regorge de potentialités naturelles qualitatives pouvant lui permettre de se distinguer dans le domaine de l’exportation. Rappelons que selon les dernières statistiques, sur les 42 000 opérateurs exerçant dans le commerce extérieur, 1% seulement sont des exportateurs correspondant à 450 entreprises, dont moins de 160 exercent l’activité d’exportation d’une façon régulière.

Par ailleurs, au cours de la même visite, M. Bentahar a indiqué que l’institution qu’il dirige travaille au renforcement des conditions socioprofessionnelles des douaniers. «Nous nous attelons a mettre en place les moyens et les infrastructures nécessaires pour l’amélioration et la modernisation des conditions de travail et de vie de nos agents […] pour qu’ils remplissent leurs tache de protection de l’économie et de lutte contre le crime organisé, afin de mieux sécuriser les frontières sud-ouest du pays (3 085 km)», dira-t-il. Ces missions sont menées en étroite coordination avec l’Armée nationale populaire (ANP), la Gendarmerie nationale (GN), les gardes-frontières et des Brigades spécialisés de la direction générale de la Sûreté nationale (Dgsn), a-t-il précisé. «En matière d’amélioration de la qualité du service public des Douanes, nous comptons, avec la concrétisation en cours du plan stratégique de notre structure pour la période 2016-2019, être une institution accompagnatrice de l’entreprise économique», dira M. Bentahar, qui indiquera que ce plan contribuera à l’amélioration du climat des affaires et au renforcement de la lutte contre le crime économique (délinquance fiscale, contrefaçon, contrebande), avec une vision d’anticipation des risques. «Ce plan vise la valorisation des facilitations douanières avec une simplification des procédures au niveau des différents postes de contrôle du commerce extérieur, tout en privilégiant l’entreprise exportatrice, en plus du renforcement des capacités de contrôle, notamment par l’encouragement du contrôle ‘‘intelligent et orienté’’, c’est-à-dire non répressif mais en faveur des entités économiques et de l’économie nationale», précise M. Bentahar. «Ce nouveau plan douanier prévoit la rationalisation de l’utilisation des moyens logistiques et budgétaires, avec la priorisation de réalisation des projets d’équipements et le renforcement des mécanismes pouvant accroître les recouvrements budgétaires de l’institution des Douanes», ajoutera-t-il. «Le nouveau plan des Douanes prévoit aussi la révision complète du système d’information de cette structure avec la généralisation du recours aux TIC ainsi que la promotion de la communication interne et externe, dans le but de développer un service de proximité à l’écoute des citoyens et de nos partenaires», poursuit M. Bentahar. «Nous voulons à travers ce plan que notre institution soit un outil non répressif, mais un moyen de dynamisation, accompagnateur et facilitateur du développement harmonieux de notre économie pour qu’elle soit une économie productive et forte», conclut-il

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
22 queries in 0,471 seconds.