Son plan de charge pour l’année 2016 piétine: La SNVI tarde à livrer la commande de sa clientèle

jeudi 6 octobre 2016 à 11:06
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

Des représentants de plusieurs entreprises privées, publiques et d’institutions d’Etat ont exprimé, avant-hier, leur colère auprès de la direction générale de la SNVI contre le non-respect de cette dernière du protocole d’accord portant livraison de la commande prévue pour l’année 2016.

Le plan d’urgence, décidé en décembre 2015 par le gouvernement en faveur de la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), concerne la relance de la production pour la ramener à un «niveau acceptable», la satisfaction des clients dont certains attendent la livraison de leur commande depuis plusieurs années, et l’«apaisement du climat social». Or, la réalité sur le terrain est tout autre.

Les commandes prévues pour l’année en cours ne sont toujours pas satisfaites et des clients se sont plaints hier auprès de la direction générale de la SNVI du «non-respect des engagements ». Les représentants des travailleurs ont décidé de passer à l’acte et comptent interpeller, au début de la semaine prochaine, le premier responsable du groupe SNVI. «S’il y a un problème de management qu’on nous le dise ou s’il y a d’autres problèmes extraentreprise qu’on le dise également. On n’acceptera jamais que notre entreprise retombe dans la même situation que nous avons vécue ces dernières années. Nous avons bataillé dur pour que notre entreprise décroche un plan de charge qui lui permette de se relancer sur l’échiquier industriel national», nous explique le secrétaire général du syndicat du groupe SNVI, M. Bouadjadja.

Pour rappel, après plusieurs mois de mobilisation syndicale durant l’année 2015 et l’appui du secrétaire général de l’UGTA, le département de l’industrie a réussi à débloquer la situation au profit du groupe SNVI, ce qui a permis de relancer son activité et «respecter ses engagements pour les 3 000 véhicules commandés pour 2018». Pour l’année 2016, le groupe SNVI est appelé à respecter l’échéance de la livraison de 1 250 unités, dont des camions, des tracteurs, des bennes, des citernes, etc.

Pour M. Bouadjadja «notre clientèle nous fait confiance et nous devons respecter nos engagements. Les travailleurs du groupe SNVI, conscients de l’importance de l’enjeu, travailleront sans relâche pour faire honneur à notre entreprise et aux responsables qui ont donné suite à nos doléances». Et d’ajouter : «Nous avons les moyens humains et matériels pour relever le défit et être à la hauteur de nos attentes.»

Il est à noter que la clientèle du groupe SNVI se recrute notamment dans les institutions de l’Etat à l’image des ministères de l’Intérieur, de la Défense, de l’Agriculture, des Ressources en eau et autres entreprises économiques telles Naftal, Sonatrach, Seaal, ainsi que des entreprises privées. Le groupe SNVI emploie 7 500 travailleurs, dont 80% ne dépassent pas les 35 ans, alors que le nombre de cadres ingénieurs est de 1 000 travailleurs tous sortant des universités et instituts algériens. Or, l’autre problème auquel fait face l’entreprise SNVI concerne les départs à la retraite massifs des cadres intervenant dans le domaine de la maîtrise. Selon notre source, ils sont près de 800 ouvriers spécialisés ayant plus d’une trentaine d’années d’expérience à avoir déposé leurs dossiers de départ à la retraite.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
24 queries in 6,326 seconds.