Selon Mohamed Tahar Chaâllal, DG de l’ANEM : La création de l’emploi en croissance de 14%

lundi 7 novembre 2016 à 10:31
Source de l'article : Lejourdalgerie.com

La crise économique induite par la chute des cours du pétrole n’a visiblement pas touché les dispositifs publics d’aide à l’emploi et à l’insertion professionnelle des jeunes. A en croire les déclarations du directeur général de l’Anem, le marché national de l’emploi a même enregistré une croissance en 2016.

S’exprimant hier sur les ondes de la Radio nationale, Mohamed Tahar Chaâllal a annoncé que quelque 351 000 placements d’emploi ont été réalisés dans le secteur économique au 30 septembre 2016, en hausse de 14% par rapport à 2015. Au 30 septembre 2016, l’Anem a réalisé le placement de 351 000 emplois dans le secteur économique au profit essentiellement de jeunes chômeurs, contre 310 000 l’année précédente, soit une hausse de 14%, a précisé le premier responsable de l’agence.

Sur les 351 000 emplois créés, 77% proviennent du secteur privé, a détaillé M. Châalal, notant la hausse de cette tendance alors qu’auparavant c’est le secteur public qui était davantage pourvoyeur en cela, précisant que le privé «recrute plus dans le cadre classique», ainsi que dans ceux mis en place par l’Agence, à savoir le Dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DIAP) et le Contrat de travail aidé (CTA), destinés aux jeunes primo-demandeurs.

Plus de 93% des DIAP effectués cette année l’ont été au niveau du secteur économique, l’administration détenant une faible proportion en matière d’insertion professionnelle, alors qu’environ 50 000 placements ont été réalisés dans le cadre du CTA, a-t-il encore indiqué. Ces placements ont été réalisés grâce aux «nouveaux investissements et projets ayant permis la création d’emplois nets, à la modernisation opérée au niveau des secteurs-clés ayant eu un impact positif sur les projets lancés ou en cours, ainsi qu’à une meilleure organisation de l’environnent économique national», a-t-il expliqué. Interpellé sur l’impact de la conjoncture économique actuelle sur le financement des dispositifs d’emploi des jeunes, M. Châalal a soutenu que tous les crédits ont été octroyés, dans le cadre de la loi de finances 2017, pour continuer à financer les placements en DIAP et une partie de ceux qui seront effectués en CTA. «Il en est de même pour les autres agences», a-t-il indiqué, citant l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) ainsi que la Caisse nationale d’assurance chômage (Cnac). S’agissant des demandes d’emploi, il a fait savoir qu’à la même période de l’année en cours, l’agence a enregistré 919 000 dossiers, soit une baisse de 7%, comparativement à la même période de 2015.

En plus d’être un phénomène qui touche majoritairement les jeunes (75%), le chômage en Algérie se caractérise aussi par le fait de compter essentiellement des primo demandeurs, a poursuivi le même responsable, notant que sur la totalité des demandes répertoriées, plus de 818 000 étaient celles de personnes arrivant pour la première fois sur le marché du travail.

S’agissant de la précarité de l’emploi dans le secteur privé, l’invité a affirmé que contrairement à la Fonction publique où les contrats étaient souvent renouvelés à cause du manque de postes budgétaires, chez le privé la plupart des travailleurs finissaient par avoir un poste permanent. Donc, selon lui, «dans le secteur économique le problème ne se pose pas».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
14 queries in 0,523 seconds.