Ressources en eau: De nombreuses entreprises mises en demeure

mardi 1 août 2017 à 14:47
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

Des dizaines de mises en demeure viennent d’être signifiées à plusieurs entreprises, privées et publiques, chargées de la réalisation de divers projets concernant le secteur, à travers le territoire national. C’est ce que nous apprenons de bonne source.

Kamel Amarni – Alger (Le Soir)
 – Ces mises en demeure, adressées jeudi dernier, portaient toutes sur les retards accusés dans les réalisations d’une multitude de projets. Le département de Hocine Necib a sévi à travers ses différentes structures comme l’Agence nationale des barrages et transferts, l’ANBT, l’Office national de l’assainissement, l’ONA, et l’Algérienne des eaux, l’ADE, entre autres.

Les destinataires des mises en demeure en question sont, entre autres, les deux géants que sont Cosider (public) et l’ETRHB de Ali Haddad (privé). Notre source évoque notamment deux grands projets à l’ouest du pays et qui accusent d’énormes retards. Il s’agit, d’abord, du projet de transfert d’eau Chott-el-Gherbi reliant Tlemcen, Sidi-Bel-Abbès, Naâma, et dont la réalisation a été confiée à des entreprises publiques et privées. Puis, le grand périmètre d’irrigation de Madra, dans la wilaya de Mascara.

Le département de Hocine Necib emboîte ainsi le pas à son homologue des transports et des travaux publics, Abdelghani Zaâlane, qui avait, lui aussi, «inondé», depuis le 16 juillet dernier, le groupe ETRHB notamment d’une série de mises en demeure. A la différence, cependant, que, cette fois-ci, le ministère des Ressources en eau n’a pas jugé utile d’adresser ces mises en demeure par voie de presse. Ce qui dénote la volonté du ministère, donc du gouvernement, de ne pas médiatiser la chose.

Il est évident que les pouvoirs publics jouent «l’apaisement» dans ce qui (était ?) «l’affaire Tebboune-Haddad-Sidi Saïd». Depuis quelques jours d’ailleurs, avant même la pré-tripartite et l’épisode d’El-Alia de dimanche dernier, les éléments de langage semblent avoir été minutieusement distribués sur les membres du gouvernement pour insister sur le fait que les mises en demeure que les différents ministères et structures de l’Etat envoyaient depuis quelques jours concernent aussi bien les entreprises privées que publiques.

C’est, par exemple, ce que déclarait le ministre des Transports et des Travaux publics, Abdelghani Zaâlane, lors d’une récente rencontre qu’il présidait avec les cadres de son secteur. C’est dire qu’après l’apaisement, l’on se dirige vers la banalisation…

K. A.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
73 queries in 5,872 seconds.