Mostaganem «La Vallée du Paradis» un atout majeur pour le tourisme

Sunday 13 August 2017 à 15:46
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

La première tranche du projet d’aménagement de l’oued Aïn-Séfra (Mostaganem) sur 5,2 kilomètres vient d’être inscrite dans le cadre du programme complémentaire de 2014, a-t-on appris auprès du directeur de l’hydraulique.

Ce projet porte sur la réalisation d’une conduite principale aux abords de l’oued pour l’évacuation des eaux usées et pluviales vers la station de pompage et dans la station d’assainissement de la Salamandre.

La réhabilitation de l’oued Aïn-Séfra contribuera également à éliminer les odeurs infectes et à l’embellissement de la ville. L’oued, qui est dans un état insalubre et très pollué, reçoit environ 20 000 mètres cubes de déchets par jour provenant des embouchures.
La ville de Mostaganem est connue sur la base d’une industrie naissante, d’un potentiel agricole et d’un tourisme avéré. Le cours d’eau dit l’oued Aïn-Séfra et qui divise la ville en deux parties est un élément visuel important de la ville.

Ainsi, nous avons vu la maquette et les nombreux croquis du projet présentant un paradis de loisirs et de divertissements qui deviendra le futur lieu touristique représentatif de la cité des mimosas.

Le projet est divisé en trois paysages dont le premier est appelé le «paysage de l’eau» qui est composé de chutes d’eau et de fontaines musicales, le second est «le paysage de l’excursion», il est formé du téléphérique, chemin du poney, marina bleue, terrasse et jardin et une patinoire de 7 000 m2 tandis que pour le dernier paysage, il aura pour nom «le paysage de la verdure» et comportera une place dite du paradis, un café de la vallée, un monde jurassique, un site archéologique turc, une cour sportive, des terrains de jeux pour enfants et des maisons en rangées de petite superficie (15 x 12 m) le tout sera constitué de manière à donner une harmonie à la ville.

La couverture en béton de l’oued qui commence à partir des citronniers jusqu’au centre-ville sera détruite et les espaces créés constitueront un espace représentatif de la ville. Donc, les eaux du lit de l’oued Aïn-Séfra, qui se déversaient dans la mer du côté du port commercial, seront un point écologique avec la plantation de diverses variétés de plantes qui embelliront l’environnement et le paysage.

Ce projet vise une transformation du centre-ville qui va de pair avec la croissance urbaine.
L’urbanisme connaîtra donc un bouleversement lié à la croissance économique et démographique de la ville.
Le projet baptisé «la Vallée du Paradis» sera un atout majeur pour le tourisme.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
72 queries in 4.127 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5