L’OPGI doit 1,5 MDR DA aux entrepreneurs à Tizi-Ouzou

jeudi 27 octobre 2016 à 14:24
Source de l'article : Leconews.com

Après une semaine de grève qui a paralysé tous les chantiers de réalisation de logement public à travers la wilaya de Tizi-Ouzou, un terrain d’entente vient d’être trouvé entre l’OPGI et les entreprises de réalisation pour le règlement de leur situation.

Plusieurs dizaines d’entreprises de BTP, en effet, ont enclenché une grève générale depuis le 18 octobre dernier suivi d’un sit-in permanent et la fermeture du siège de la direction régionale du promoteur public pour protester contre les retards dans le paiement de leurs factures.

A l’issue des discussions intenses menées entre les deux parties en conflit, le directeur de l’OPGI de Tizi-Ouzou, M. Toufik Boutrid, a reconnu un allongement inhabituel dans le traitement des dossiers des entreprises de réalisation qui engendre des retards, tout en précisant que les créances accumulées depuis le mois de juillet dernier atteignent désormais le montant de 1,5 milliard de dinars.

Le premier responsable de cet établissement relevant du ministère de l’habitat et de l’urbanisme s’est engagé à assainir la situation de toutes entreprises engagées dans les chantiers de logement public dans les prochaines semaines.

En revanche, M. Boutrid a réitéré son appel aux entrepreneurs de la wilaya à plus de rigueur et de ponctualité dans l’avancement des travaux, en brandissant des menaces de sanction contre tout manquement aux engagements énoncés dans les cahiers des charges. A cet égard, l’OPGI a fait état de 7 entreprises de réalisation engagées dans des chantiers totalisant 355 logements dont les contrats ont été résiliés depuis le début de l’année en cours pour manquements divers. Les chantiers touchés feront l’objet de nouveaux appels d’offres pour la sélection d’entreprises qui les reprendront.

De leur côté, les entrepreneurs contestataires ont accueilli avec satisfaction l’engagement de l’OPGI quant au règlement de leurs situations mais tout en émettant des réserves. « Les travaux viennent de reprendre au niveau de tous les chantiers qui ont été à l’arrêt mais nous demeurons attentifs quant à l’engagement de l’OPGI, dans le cas contraire, la contestation reprendra », a fait savoir de son côté le porte-parole du collectif des entreprises partenaires de l’OPGI, M. Rachid Hamadane.

Outre le règlement de leurs factures impayées, les entreprises de BTP de Tizi-Ouzou se plaignent également de nombreux facteurs de blocage qui freinent l’avancement des travaux sur les chantiers comme, entre autres, la spéculation sur les prix des matériaux de construction, la pénurie de certains produits de base et de main d’œuvre spécialisée. Des écueils sur lesquels ces entreprises interpellent les autorités locales à prendre des mesures pour leur éradication.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
20 queries in 0,458 seconds.