Bouchouareb réplique à Haddad : «Le gouvernement a pris toutes ses responsabilités».

samedi 1 octobre 2016 à 18:07
Source de l'article : Lecourrier-dalgerie.com

Suite au constat alarmant dressé par le président du FCE, le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareeb n’est pas resté les mains croisées et a vite jugé utile de réagir à ces « critiques ».

Ainsi, Bouchouareb a mis l’accent, dans son allocution, sur la «nécessité» de mener des «réformes audacieuses et diligentes». «Le gouvernement a pris toutes ses responsabilités et engagé d’importantes réformes pour mettre en œuvre une nouvelle politique d’investissement et relancer le développement industriel», a-t-il assuré. Pour le ministre, «il s’agit essentiellement de construire un modèle industriel propre à l’Algérie qui s’insère dans les tendances façonnant la nouvelle carte industrielle mondiale».

Dans cette optique, le ministre a précisé qu’une nouvelle politique de relance de l’investissement est mise en œuvre avec l’objectif, a-t-il souligné de créer une économie diversifiée « affranchie » de la rente pétrolière. Il a, dans ce sens, ajouté que le ministère de l’Industrie et des Mines a lancé un programme d’action en quête d’un modèle économique, où l’entreprise et sa capacité de créer des richesses était au cœur des préoccupations.

Bouchouareb a souligné que les efforts s’orientent actuellement vers « la construction des filières » en les dotant des avantages devant leur permettre d’émerger et de constituer « une force de frappe » pour l’économie algérienne. Soulignant l’impact de cette rencontre entre responsables et opérateurs économiques, le ministre a précisé que pas moins de 27 mesures et articles de lois ont été adoptés dans les lois de finances de 2015 et 2016 et les lois de finances complémentaires dans le but d’identifier et consolider des filières en mesure de créer un nouveau modèle économique.

Bouchouareb a relevé que la compétitivité de l’industrie nationale a, pendant longtemps, «enduré le surpoids de mesures superposées sans effets durables sur la diversification, la croissance et la création d’emplois». Aussi, l’arsenal juridique a-t-il été revu et une réflexion menée pour transcender cette situation bloquante. Il a cité, entre autres, l’étude d’un avant-projet de loi relatif aux partenariats publics-privés (PPP) pour lequel il invite le FCE l’ensemble des acteurs à y contribuer». Abordant la question du foncier industriel, le ministre a affirmé que son département était «en train de mettre au point les dispositions nécessaires pour renforcer les mesures de facilitation au bénéfice des investisseurs».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
12 queries in 0,485 seconds.