Augmentation des prix avant l’entrée en vigueur de la LF 2017: Tabac : le diktat des spéculateurs

mercredi 16 novembre 2016 à 11:18
Source de l'article : Liberte-algerie.com

En plus de ces augmentations inexpliquées et injustifiées, une pénurie de marques de cigarettes a été constatée ces derniers jours.

Avant même que le gouvernement décide de porter à la hausse certaines taxes liées au marché du tabac à partir de 2017, les grossistes et les livreurs ont pris de vitesse aussi bien les pouvoirs publics que les citoyens en fixant de leur propre chef de nouveaux prix avant même  la rentrée en vigueur de la loi de finances. Ainsi, et à titre d’exemple, le paquet de Marlboro qui coûtait 220 DA est passé en l’espace de deux mois seulement à 250 DA, les paquets de Winston et LM sont passés de 170 DA à 210 DA, une augmentation en deux temps, alors que les Gauloises sont cédées à 220 DA.

En plus de ces augmentations inexpliquées et injustifiées, une pénurie de nombreuses marques de cigarettes s’est installée ces derniers jours en prévision d’autres augmentations dans les jours à venir. Selon de nombreux revendeurs rencontrés, hier, les prix de Marlboro et de Winston, à titre d’exemple, vont atteindre
respectivement les 300 et 260 DA à partir du mois de janvier 2017. Et se rapprocher de leur prix quand elles sont importées. Selon nos informations, certains grossistes et livreurs ont commencé à rafler toutes les quantités se trouvant sur le marché pour les stocker en attendant la rentrée en vigueur de la loi de finances. “Il y a même certains livreurs qui ont vendu leur véhicule pour s’approvisionner en quantités de  cigarettes en prévision de leur revente à partir de janvier”, nous affirme un revendeur de Boumerdès.

C’est le nouveau filon trouvé par ces pseudo-commerçants qui ne reculent devant rien pour augmenter leurs bénéfices de manière illégale sans que les pouvoirs publics interviennent pour mettre fin à ce diktat. Sans compter la pénurie qu’ils créent. Ce sont les fortes hausses envisagées par le gouvernement à travers la révision de la taxe intérieure de consommation (TIC) sur les tabacs dans le cadre de la loi de finances 2017 qui ont incité ces commerçants à sacrifier leurs biens pour stocker d’énormes quantités de tabacs en prévision de leur mise sur le marché à partir de janvier.

L’on s’attend à une augmentation de 60% de la TIC pour les tabacs bruns, qui va passer de 1 040 DA le kg à
1 640 DA le kg alors que pour les tabacs blonds la TIC sera augmentée de 100% et va passer de 1 260 DA le kg à 2 250 DA le kg. Pour rappel, la TIC, qui est composée d’une partie fixe et d’une partie variable fixée à 10% sur la valeur du produit, a été introduite dans la loi de finances 2015. Le gouvernement, qui envisage d’augmenter la partie fixe de cette taxe, veut vraisemblablement lutter contre la contrebande tout en luttant contre la consommation de tabac qui représente un danger pour la santé publique.

Mais rien n’explique l’attitude du gouvernement qui fait le dos rond et ne réagit pas à ces augmentations illégales pour protéger le pouvoir d’achat des citoyens et lutter contre de telles pratiques. La contrebande n’est pas seulement aux frontières, elle est dans les  kiosques, dans la rue et partout dans nos villes. Interdire aux revendeurs de vendre du tabac à  son prix réel, c’est la meilleure et la plus facile des manières pour lutter contre la contrebande et rassurer le citoyen pour… 2017.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
12 queries in 0,463 seconds.