Assurer l’exécution des projets structurants !

vendredi 11 novembre 2016 à 21:45
Source de l'article : Jeune-independant.net

Pas moins de 5000 projets sont gelés en raison de la conjoncture économique qui a dicté des priorités au gouvernement d’Abdelmalek Sellal. Dès lors, le gouvernement a décidé de rationaliser les dépenses, au lendemain de la chute du prix du pétrole sur le marché international.


Les walis sauront-ils apporter des options pour faire face à une crise qui s’inscrit dans la durée ? Tous les secteurs sont concernés par le gel des projets : la culture, la santé, les affaires religieuses, la jeunesse et les sports, l’agriculture, le tourisme, les ressources en eau, l’habitat et tant d’autres encore. La crise financière qui s’abat sur le pays depuis déjà trois ans a touché de plein fouet l’ensemble des ministères.


Hormis les grands projets qui sont retenus dans le programme, les autres, secondaires ou petits comme l’indique le gouvernement, sont gelés et beaucoup d’autres sont carrément annulés. La baisse des revenus du pays due à la chute des cours du pétrole sur le marché mondial, est derrière l’annulation de près de 5 000 projets (source proche du ministère des Finances).


Du coup, la cadence économique a sensiblement reculé après le rythme accéléré qu’a connu le pays durant les dix années passées.
Durant les neufs mois de 2016, les revenus pétroliers ont chuté de 40% par rapport à la même période de l’année passée.


Conséquence : le gouvernement a été contraint de passer au plan B. Ce dernier consiste à rationaliser les dépenses de l’Etat (dans le cadre de la politique d’austérité) mais aussi à trouver d’autres alternatives hors hydrocarbures, en diversifiant l’économie nationale.


Secteur des ressources en eau, les projets renvoyés aux calendes grecques


Le secteur des ressources en eau n’a pas été épargné par la politique d’austérité malgré qu’il figure parmi les plus importants du pays.


Au moins 500 projets sont gelés. Outre des projets de réalisation de conduites d’alimentation en eau potable, les projets gelés concernent également la construction de barrages. Entre annulation, report dans le lancement et gel, les projets, inscrits pourtant dans la loi de finances 2015 n’ont pas été lancés en raison du manque d’argent.


C’est le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, qui l’a déclaré en personne en juin 2016 devant les membres du Conseil de la nation lors d’une séance plénière. La baisse des recettes et les exigences budgétaires dictées par la crise financière en raison de la chute des prix du pétrole sur le marché mondial ont été les raisons de cette situation.


De nombreux projets, certains n’ont pas encore été lancés tandis que d’autres ont été lancés, sont carrément à l’arrêt. Si Le ministre a parlé d’un « arrêt provisoire, cela n’a pas été partagé par les experts dans le domaine qui, eux, pronostiquent un long arrêt vu les prévisions inquiétantes des prix du pétrole sur la scène internationale qui indiquent des prix toujours plus bas pour l’horizon 2020.


Parmi les projets gelés figure la réalisation d’une station d’épuration des eaux usées à Berouaghia (Médéa), inscrite au programme quinquennal 2010-2015 et dont les appels d’offres nationaux et internationaux ont été infructueux, selon le ministre.
Affaires religieuses : plus de mosquées en ces temps de crise


La conjoncture que traverse le pays actuellement a enfoncé le clou au ministère des Affaires religieuses qui, par la voix du ministre Mohamed Aïssa, avait annoncé le gel de l’ensemble des projets de réalisation de mosquées, de résidences pour les hommes de culte et d’écoles coraniques à travers les 48 wilayas.


Hormis le grand projet de la mosquée d’Alger dont la livraison est prévue en 2017, les autres projets sont en stand-by. Le ministre des Affaires religieuses avait indiqué, en septembre 2016, que la crise financière qui plane sur le pays a empêché la réalisation de centaines de mosquées en Algérie, par manque de finances.


Idem pour les écoles coraniques dont la réalisation de pas moins de 200 écoles est carrément gelée. Il en de même pour la réalisation des résidences au profit des hommes de culte, qui sont également pliées face au manque de finances.


L’Algérie doit se contenter de gérer ses 17 500 mosquées qui sont éparpillées un peu partout sur le territoire national. C’est déjà un nombre important, avait indiqué Mohamed Aïssa à la presse en septembre 2016. Le ministre des Affaires religieuses a toutefois expliqué que le gel des projets est provisoire.


Tourisme : plus de 500 projets gelés


En 2012, l’ex-ministre du Tourisme et de l’Artisanat, avait annoncé le gel de 130 projets touristiques suite à la chute du prix du pétrole.
Quatre ans après le nombre de projets gelés est multiplié par trois, désormais ce sont 584 projets touristiques qui sont gelés par le gouvernement par manque de finances.


En 2016, alors qu’il était ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Amar Ghoul avait annoncé la réalisation en cours de 25 000 lits dans le cadre de la construction de 144 nouveaux hôtels. Toutefois, 80% desdits projets ont été gelés avec l’arrivée du nouveau ministre du Tourisme.


La livraison des 144 hôtels était prévue pour l’année 2017, mais faute de finance, le Gouvernement a préféré reporter à une date ultérieure, voire après le passage de la « tempête » des prix du baril. Le gel de ces projets touristiques, pour un montant estimé à 130 milliards de dinars par le gouvernement, a empêché l’absorption de 15 000 demandeurs d’emploi.


Culture : 60% des festivals supprimés


Tous les secteurs sont touchés de plein fouet par la crise financière. Aucune exception n’a été accordée par le gouvernement à l’un ou l’autre secteur. La rationalisation des dépenses doit être appliquée à la lettre pour tout le monde.


C’est le cas pour le secteur de la culture qui a été amplement affecté. Sur ce plan, 60% des festivals prévus pour 2016 et 2017 ont été annulés. Cette décision est prise par le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, qui laisse à comprendre que le secteur de la culture, notamment concernant les festivals et les manifestations culturelles, est concernée par la politique d’austérité.


Sur 186 festivals inscrits dans l’agenda culturel du ministère, seuls 77 sont maintenus, a déclaré le ministre. Il existe 28 festivals internationaux, 31 nationaux et 18 locaux (77 festivals), dont « certains demeureront annuels et d’autres auront lieu une année sur deux, qui sont concernés par le maintien.


Ils seront en effet financés avec le reliquat des budgets de 2015 qui est, selon le ministre Mihoubi, « à hauteur de 39,29 % « . Ainsi, les amoureux du monde culturel ne seront pas bien servis pour les deux années 2016 et 2017, à défaut d’avoir suffisamment d’argent au ministère de la Culture.

Habitat : des sites fantômes
 
Le secteur de l’habitat est considéré comme prioritaire pour l’Etat. Pourtant, ce secteur aussi n’a pas échappé à la règle. Sur le terrain, des centaines de chantiers sont déjà à l’arrêt par manque de finances. Des sites à moitié bâtis affichent un décor de sites fantômes.


Par exemple, les sites AADL et sociaux qui se trouvent dans la commune d’Ouled Fayet, où des centaines de logements non finis affichent un décor fantôme. En chiffres, il est très difficile de connaître le nombre exact des logements à l’arrêt, voire des projets gelés, du moment que la tutelle refuse de communiquer sur ce sujet, toutefois selon des experts, il s’agit de plusieurs milliers de logements qui sont actuellement à l’arrêt.


Le lancement des travaux n’est pas encore fixé par le gouvernement. En revanche, le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune, s’est engagé à honorer les délais fixés par son département, en déclarant à maintes reprises que l’ensemble du programme quinquennal (2014-2019) sera livré à 100% dans les délais.


Malgré ces engagements du ministre, la réalité sur le terrain est tout autre. Les projets à l’arrêt ont déjà bouclé leur dixième mois, soit presque une année et c’est déjà un mauvais signe dans une conjoncture des plus difficiles que travers le pays.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
31 queries in 0,442 seconds.