Après Renault et Hyundaï: La première Volkswagen algérienne en juin 2017

dimanche 6 novembre 2016 à 8:42
Source de l'article : Lexpressiondz.com

L’usine de Volkswagen en Algérie, dont l’édification a déjà commencé au niveau de la zone industrielle de Relizane, sera concrétisée le 27 novembre prochain, rapporte TSA.

Un protocole d’accord en rapport avec cet important investissement sera signé à Alger entre le constructeur allemand et le groupe Sovac. «Une délégation du groupe Volkswagen est attendue le 27 novembre à Alger pour la signature d’un protocole d’accord avec Sovac pour la réalisation d’une usine de fabrication de véhicules en Algérie. La signature aura lieu en présence du ministre de l’Industrie et des Mines Abdessalem Bouchouareb», rapporte le journal électronique.

On apprendra de même source que l’ensemble des organes sociaux qui font la décision au niveau du géant allemand ont donné le feu vert pour l’implantation d’une usine dédiée à la fabrication des modèles du groupe en Algérie. le partenaire algérien du constructeur allemand, le groupe Sovac, a devancé l’accord en procédant aux travaux de construction de l’usine à Relizane.

La célérité dont fait montre Sovac témoigne de la grande concurrence qui va certainement s’installer en Algérie. En effet, après la montée en puissance de l’usine Renault qui, dit-on, est en avance sur son calendrier de production et d’intégration, l’ambitieux projet du Groupe Tahkout avec Hyundaï montre des signes de progression rapides et efficaces sur le marché national. Si Sovac ne réalise pas assez vite son projet, il risque de se laisser distancer par de redoutables concurrents.

Pour l’heure, Mourad Eulmi garde confiance et annonce la première allemande made in Algeria pour la fin du premier semestre 2017. C’est dire que les choses avancent très vite dans la filière automobile et l’on peut assez rapidement parvenir à l’autosuffisance du marché interne, d’autant que les constructeurs parlent d’usine de plus de 90.000 unités par an.

En attendant le fameux projet Peugeot, les trois usines produiront à l’horizon fin 2018 près de 200.000 véhicules. Le seul point noir au tableau, c’est que la facture d’importation de pièces nécessaires à la fabrication de ces voitures va exploser, au risque d’égaler les chiffres astronomiques atteints pas les concessionnaires en 2014. Cela rend indispensable le développement de la filière à l’export. D’ailleurs, si Renault n’a pas ouvertement envisagé cette option, Tahkout et Sovac en parlent avec insistance.

Il y a lieu de souligner enfin, qu’en plus des projets dans le véhicule de tourisme, Hyundaï et Iveco ont installé, avec des partenaires locaux, des usines d’assemblage de véhicules utilitaires. Il faut dire qu’avec tous ces donneurs d’ordre, la filière mécanique prend de la visibilité et l’on peut aujourd’hui parler de développement de la sous-traitance locale. Celle-ci figure d’ailleurs dans le cahier des charges de la filière. Chaque constructeur devra aboutir à un taux d’intégration de 40% à la cinquième année d’exercice.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
27 queries in 0,457 seconds.