Après le bâtiment et les carrières: Le Groupe Bali se lance dans l’agriculture

mardi 4 octobre 2016 à 11:41
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

C’est un véritable défi que se lance le groupe Bali, jusque-là spécialisé dans le bâtiment avec l’ingénierie et les appartements de haut standing et bureaux, puis dans les carrières. Ce dimanche, le P-dg du groupe, M. Ali Bali, a invité la presse nationale pour présenter une unité de 455 000 poules pondeuses, implantée à El-Hachimia, à 15 kilomètres au sud de Bouira. Une unité qui sera le point de départ d’une aventure dont la filière BH-Agriculture ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, elle qui ambitionne de conquérir ce secteur et de continuer, comme le dira son P-dg, dans «l’émergence d’une société capable de maîtriser un savoir-faire, d’abord dans le domaine du bâtiment, le corps de métier du groupe, mais également dans d’autres secteurs dont le besoin se fait sentir et particulièrement l’agriculture».

Ainsi, et devant des dizaines de journalistes venus d’Alger mais également des correspondants locaux, le P-dg a étalé, durant près d’une heure, tous les secteurs d’intervention du Groupe Bali, en axant son intervention sur l’agriculture et le complexe avicole d’El-Hachimia, qui sera, à court terme, le premier complexe d’Afrique avec 1,5 million de poules pondeuses.

Avant d’entamer son exposé sur ce projet ambitieux et pour la wilaya de Bouira en particulier et pour l’Algérie en général, M. Ali Bali fera un bref rappel sur les activités du groupe et les domaines d’intervention.

Le Groupe Bali a été créé au début des années 2000, il était spécialisé, dans un premier temps, dans le cadre de la Sarl Bali Bat, dans l’ingénierie ; un outil de conception et de suivi de tous les projets d’investissement et de développement des entités du groupe qui verront le jour plus tard.

Rapidement, le groupe créera deux Sarl, la Sarl B2L Pro et Bali Building ; celles-ci étaient orientées vers la promotion immobilière avec des appartements de haut standing et des bureaux ; avant d’être élargies à l’hôtellerie.

Peu de temps après, le groupe se lancera, dans le cadre de sa diversification et de son développement, dans la création d’une autre Sarl BL Carrière, spécialisée dans l’exploitation des carrières et la production de matériaux de construction.

Toujours dans le cadre de la diversification de ses activités, le groupe a porté un intérêt particulier au secteur de l’agriculture, ce d’autant plus que la politique du gouvernement est largement orientée vers ce secteur stratégique, avec des mesures de soutien et d’encouragement de l’investissement dans l’agriculture pour arriver à l’autosuffisance alimentaire et, à terme, à l’exportation des produits agricoles.

C’est dans ce cadre que la Sarl Bali-Hadiouche-Agriculture ou BH-Agriculture a vu le jour. Celle-ci s’est, d’ores et déjà, lancée dans l’aviculture avec le complexe avicole d’El-Hachimia mais aussi, l’agriculture avec les cultures intensives de l’olivier et du maïs, ainsi que du raisin de table et de l’oranger ; qui sont réalisés dans le cadre d’un partenariat avec les EAC.

Ce dimanche, il était question de faire l’exposé de ce complexe avicole qui sera le premier en Algérie et en Afrique, à l’horizon 2019, avec une production de 1,5 million d’œufs par jour. Le projet est divisé en quatre unités et la réalisation se fera par étape.

Ainsi, la première unité située à El-Hachimia est une unité de batteries de 455 000 poules pondeuses. Celle-ci sera opérationnelle à partir de décembre prochain. Implantée sur un terrain de 3 hectares, l’unité est constituée de 6 hangars pour batteries de poules pondeuses, 1 hangar pour la production de l’aliment pour poules pondeuses, 3 silos de stockage de la matière première alimentaire pour poules pondeuses, à savoir le maïs, le soja et le son ; 1 hangar pour le conditionnement et le stockage des œufs et, enfin, un bâtiment administratif.

A terme, la Sarl BH Agriculture compte étendre la production avec une autre unité à l’horizon de juin 2018 pour atteindre 1 million de poules pondeuses et, en décembre 2019, une autre unité pour atteindre 1,5 million de poules pondeuses.

Mais auparavant, soit en juin 2017, dans moins de 10 mois, la Sarl BH Agriculture sera dotée, au niveau de cette unité d’El-Hachimia, d’une ligne de production d’ovo-produits, c’est-à-dire d’une ligne de transformation de l’œuf à l’état liquide (œuf entier, jaune et blanc séparés). Une ligne de transformation de 320 000 œufs/jour en juin 2017, puis une autre ligne de 320 000 œufs/jour en juin 2018 et enfin une troisième ligne similaire en décembre 2019.

Au sujet de cette ligne de transformation et ses techniques peu connues des Algériens, le P-dg du groupe, data show à l’appui, avec un film qui retrace toutes ces phases en réel, dira que «les ovo-produits sont une nouvelle façon de consommer les œufs, qui répond aux exigences de la consommation d’aujourd’hui, avec rapidité, efficacité, commodité et hygiène». Les ovo-produits font passer l’œuf de l’état coquille à l’état transformé, après élimination de la coquille et des membranes, pour être conservé et conditionné dans des bouteilles, des bidons ou dans des sachets en plastique semi-rigide à bec verseur, soit mélangé, soit séparément en jaune et blanc. Des bidons et autres bouteilles sont destinés au marché des industries alimentaires comme les unités de fabrication de la mayonnaise, les boulangeries et pâtisseries, ainsi que les chaînes de restauration.

Par ailleurs, la Sarl  BH Agriculture compte réaliser sa propre unité de poussinière de 250 000 unités. Celle-ci verra le jour en décembre 2017. Parallèlement à cela, un complexe de production de viandes blanches sera réalisé en juin 2018.

Cependant, ce qui est révolutionnaire dans cette entreprise engagée par la Sarl BH Agriculture est la création des unités de compostage et de transformation des déchets organiques, c’est-à-dire des fientes de poules, en engrais biologiques. Le compost est un engrais naturel riche en matière organique et en minéraux et bien connu pour ses vertus fertilisantes. La production du compost passe par un recyclage à travers un processus de transformation biologique naturel aboutissant à la récupération des substances biologiques contenues dans les déchets qui sont dans notre cas les fientes de volaille.

Quatre unités de compostage et de transformation de déchets organiques en engrais biologiques seront implantées par la Sarl BH Agriculture à l’horizon 2019. Cependant, il ne s’agira pas seulement de transformer les déchets de ses propres unités en engrais biologiques mais également de faire dans la collecte et la récupération des fientes de tous les autres aviculteurs du pays pour les transformer en engrais biologiques.

Ainsi, une unité régionale d’une capacité de 200 tonnes/jour sera réalisée à Bouira et sera chargée de récupérer tous les déchets avicoles des wilayas de Bouira, Bordj-Bou-Arréridj et M’sila. Ce projet verra le jour en novembre 2017. Puis, une autre unité régionale de 400 tonnes/jour à Batna pour la collecte des wilayas de Batna, Khenchela et Tébessa, en décembre 2018 ; puis deux autres de 400 t/jour chacune en décembre 2019, à Djelfa et Mostaganem.

Selon M. Ali Bali, ce complexe avicole des plus prometteurs permettra, dans un proche avenir, une certaine régulation du marché, et surtout, une autre façon de consommer propre et sûr. En effet, l’orateur a insisté lors de son intervention sur le respect des normes européennes, non seulement dans la conception et la production en rappelant à l’assistance que, dès décembre prochain, avec le lancement de la production, aucun étranger, pas même lui, ne sera autorisé de pénétrer à l’intérieur du complexe par mesure d’hygiène pour les poules pondeuses ; mais également dans la traçabilité du produit consommé. L’œuf et le poulet de ses unités devant contenir la date de production et plusieurs autres données nécessaires, afin que le consommateur sache réellement ce qu’il y a dans son assiette. «Des aviculteurs malintentionnés stockent pendant plusieurs semaines des œufs chez eux, avant de les commercialiser en y mettant la date du jour de leur vente, exposant ainsi le consommateur au danger», dira-t-il avant de promettre d’instaurer une nouvelle habitude chez le consommateur algérien quitte à se voir, dans un premier temps, boudé par les commerçants qui verront d’un mauvais œil la date de péremption dans ses produits, que ce soit pour les œufs ou pour le poulet de chair.

Outre ce complexe avicole, la Sarl BH Agriculture s’est également lancée dans l’agriculture avec la valorisation de 340 hectares de terres agricoles à Djelfa ; avec une culture intensive de l’olivier et du maïs. Le choix de ces deux produits est dicté par des considérations économiques. Le maïs étant une matière première largement utilisée dans la production d’aliments du bétail et de volaille. Il occupe une part importante dans la structure des importations céréalières de l’Algérie.

Aussi, la disponibilité des ressources hydriques dans la wilaya de Djelfa, ajoutées aux nouvelles techniques d’irrigation spécifique, sont largement suffisantes pour développer la culture du maïs qui se fait en deux récoltes par an.

L’oléiculture constitue une des priorités des pouvoirs publics qui visent à couvrir définitivement les besoins du marché national.

Par ailleurs, un autre créneau, celui de l’arboriculture fruitière, intéresse également la Sarl BH Agriculture qui s’est déjà, dans le cadre du partenariat avec les EAC, lancée dans la culture intensive du raisin de table et de l’oranger à Bir-Ghbalou, dans la wilaya de Bouira, plateau réputé, durant l’ère coloniale, pour ses vastes vignobles, et Blida pour l’oranger. En somme, un projet des plus ambitieux pour la wilaya et pour le pays en général, d’un coût global de près de 2 000 milliards de centimes, qui va créer plus de 1 000 emplois directs mais surtout des milliers d’emplois indirects.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
41 queries in 0,439 seconds.