Algérie-Chine: Le yuan comme monnaie d’échange

lundi 17 octobre 2016 à 14:55
Source de l'article :

«Nous avons décidé d’échanger avec le yuan, il n’est pas encore question d’utiliser le dinar dans nos échanges», a déclaré le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, en marge d’une cérémonie de signature d’un accord avec des Chinois.

Younès Djama – Alger (Le Soir) – A la fin de l’année dernière, la Banque d’Algérie avait publié une note stipulant que les transactions entre l’Algérie et la Chine seront réglées en monnaie chinoise. Auparavant, les transactions avec ce pays étaient payées en dollars US. «La Chine étant devenue le premier partenaire commercial de l’Algérie, il est entendu que les importations en provenance de ce pays ne sauraient être réglées dans une autre monnaie que celle de ce pays. D’autant plus que cette formule élimine tout premium pour la couverture du risque de change dans le cas de règlement dans une autre monnaie», précise la Banque centrale. La délégation chinoise devait avoir une réunion de travail, hier, à ce sujet avec le ministre des Finances, Baba Ammi.

Le ministre de l’Industrie, qui recevait le vice-ministre chinois du Commerce, Qian Keming, a insisté sur l’importance de la Chine comme partenaire stratégique de l’Algérie. A ce propos, il convient de signaler que les deux parties ont signé, hier, un accord-cadre relatif à la coopération dans le domaine du renforcement des capacités productives de l’Algérie. Cela concerne divers domaines : l’industrie mécanique, les énergies renouvelables, le rail et la transformation des produits miniers. Il existe déjà deux projets de montage de véhicules algéro-chinois, installés dans l’ouest du pays, a révélé à cet effet Abdesselam Bouchouareb, le premier dans le segment des camions à faible tonnage et le second dans les camions et bus. Tout en précisant qu’un second projet dans le phosphate est également engagé avec des partenaires chinois. Le vice-ministre chinois, qui partage l’appréciation faite avant lui par son vis-à-vis algérien à propos de l’excellence des relations bilatérales, a indiqué que le flux des IDE à la faveur de ce protocole d’accord signé hier, connaîtra une augmentation exponentielle, rappelant que le flux des IDE chinois est estimé aujourd’hui à 2,5 milliards de dollars. Par ailleurs, Abdesselam Bouchouareb a insisté qu’il n’y a jamais eu de renoncement quant à la règle 51/49% laquelle s’appliquera «à tous les rapports économiques qu’aura l’Algérie avec les partenaires étrangers».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
15 queries in 0,451 seconds.