Agriculture : Des mesures pour promouvoir l’exportation.

samedi 22 octobre 2016 à 18:28
Source de l'article : Reporters.dz

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdeselam Chelghoum, a évoqué les mesures prises par les autorités publiques pour promouvoir les produits agricoles. Intervenant à l’Assemblée populaire nationale (APN),

jeudi, lors d’une séance plénière consacrée aux question orales, le ministre a cité parmi ces mesures la décentralisation de la certification phytosanitaire d’exportation par l’inspection phytosanitaire au niveau de la wilaya et l’installation de laboratoires d’analyses phytosanitaires dans les zones de production à doter de ressources humaines et d’équipements nécessaires.A ses yeux, il est question de «renforcer les capacités d’emballage et de stockage, notamment dans les zones de production ». S’exprimant à propos des dattes, le ministère de l’Agriculture a expliqué avoir pris des mesures pour faciliter l’exportation : « C’est à travers le soutien par crédit saisonnier et l’octroi d’une prime d’exportation, estimée à 5 DA/kg pour les dattes exportées sans emballage et 8DA/kg pour les dattes emballées, que les choses ont bougé», a-t-il soutenu.

A une autre question sur la protection du patrimoine camelin et le traitement du problème de la prise d’eaux usées, où prolifère la mouche porteuse de trypanosomiase, dans la wilaya d’El Oued, M. Chelghoum a expliqué que cet insecte n’était pas à l’origine de la mort des chameaux. « Il n’y a aucun lien entre cette mouche et la prise d’eaux usées. La trypanosomiase existait avant sa transmission par cette mouche, qui prolifère pendant la période des pluies et la prise d’eaux usées avait été faite par la direction des ressources en eaux de la wilaya d’El Oued », a-t-il noté. Intervenant à propos des mesures prises par son département dans le cadre du suivi sanitaire des chameaux, il a soutenu que « le programme a été mis en place par le ministère de l’Agriculture, depuis 2001, pour lutter contre les maladies qui touchent ce patrimoine ».

Il citera à ce propos les maladies respiratoires, la trypanosomiase et la gale, enregistrées dans les wilayas d’Adrar, Tamanrasset, Ouargla, Tindouf, Illizi et Béchar pour se propager, en 2013, à El Oued, Ghardaïa, El Bayadh et Biskra. Dans ce cadre, il a insisté sur l’intérêt particulier accordé par le gouvernement à la préservation et au développement de ce patrimoine animalier, qui compte près de 363 000 têtes dont 204 000 chamelles. «Ce patrimoine contribue à la production de près de 118 000 quintaux de viande par an, soit 2% de la production nationale en viande rouge ainsi que la production de 47 millions de litres de lait par an, soit 1% de la production nationale », a-t-il indiqué, avant de préciser que «la wilaya d’El Oued compte quelque 42 000 têtes, dont 25 000 chamelles, soit 12% du nombre national ».

Le ministre ne manquera pas de soutenir que «ce patrimoine couvre également une partie des besoins de la wilaya en viande, estimés à 16 000 quintaux de viande de chameaux, soit 11% de la production totale et 700 000 litres de lait, soit 5% de la production de lait au niveau de la wilaya ».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
28 queries in 0,454 seconds.