Abderrahmane Benkhalfa : le financement non conventionnel est une « exception », a condition qu’il ne lèse pas le dinar et le pouvoir d’achat

Wednesday 20 September 2017 à 19:35
Source de l'article : Radioalgerie.dz

En ces moments de vaches maigres, marqué par une importante chute des revenus pétroliers, quels sont les mécanismes pouvant être mis en œuvre pour continuer à assurer le financement de l’économie et à protéger les revenus des ménages ?

A la veille du vote par le Parlement, du programme présenté par le nouveau gouvernement de M. Ouyahia, l’ancien ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa impute les problèmes financiers auxquels est confrontée l’Algérie à la structure même de son économie.

S’exprimant, mercredi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, il considère que cette structure est « en décalage » par rapport aux perspectives du pays, obligeant, aujourd’hui, à utiliser « la dernière cartouche » que représente le mode de financement non conventionnel.

Tout en ne partageant pas la « focalisation » faite autour du financement non conventionnel, il relève que parce que dans le programme du gouvernement il est fait mention des réformes structurelles et de la poursuite de l’efficience budgétaire, ce type de financement représente « l’exception ».

Il reste que durant cette période, il faudrait, insiste-t-il, en même temps installer des garde-fous pour éviter que celui-ci ne porte atteinte à la valeur du dinar ou au pouvoir d’achat des Algériens.

Mais parallèlement, estime-t-il, il faudrait ouvrir les dossiers des subventions, celui du partenariat public-privé, de l’ouverture du capital des entreprises et des banques publiques, celui de la réforme bancaire et de l’investissement direct, de même que revoir le principe d’une flexibilisation de la règle 51/49.

Parmi ses autres propositions, M. Benkhalfa appelle à ne plus couvrir « tous les investissements » dégagés par la Banque d’Algérie, à « bancariser » l’économie, à  ramasser les « milliards de dinars » thésaurisés en dehors des circuits bancaires et à mobiliser les financements extérieurs, en évitant l’endettement étranger.

L’intervenant se déclare, par ailleurs, favorable à la poursuite de l’emprunt obligataire « pour attirer les ressources disponibles par le biais de l’investissement et, d’autre part, faire en sorte que l’économie génère des ressources, un objectif dont il considère qu’il ne pourra être obtenu que par un ajustement important.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
99 queries in 5.940 seconds. http://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5