Tlemcen- Abdelkader Secteur : «Le rire, c’est dans mes gènes»

Monday 17 July 2017 à 12:21
Source de l'article : Lequotidien-oran.com

C’est grâce à mon entourage et le public, que je suis devenu ce que je suis aujourd’hui, autrement dit je ne serais qu’un petit vendeur de figues qui se trimbale sur les bords de la route de Ghazaouet». Cette phrase reconnaissante résume le satisfecit de l’illustre comédien et humoriste Abdelkader Secteur, qui se définit comme un «distributeur de joie». Cela fait bientôt trois décennies que ce maestro du rire, accessible et surtout très modeste, fait partager avec une aisance incroyable son joyeux univers du rire et sa bonne humeur sur scène. Provocateur et intelligent, il se moque sans tabou des mœurs sociales, éducatives et religieuses dans le but de traiter des problèmes communs de la société algérienne, avec son style unique qui n’appartient qu’à lui.

Ses mimiques, sa façon de parler, ses intonations, sa gestuelle et thèmes abordés sont admirés par tous les gens, qui le connaissent ou pas. Son savoureux talent et «one man shows» font même mal aux muscles faciaux. Considéré par le célèbre comédien humoriste français d´origine marocaine, Jamel Debbouze, comme une bombe atomique, Abdelkader Secteur, cet enfant de Ghazaouet, a bien voulu nous livrer ses impressions, et nous confier des séquences sur son joyeux univers, ses débuts, ses souvenirs, ses désirs, et ses objectifs, avec ses sorties rocambolesques et parfois sérieuses, avec un sourire espiègle, lors d’une brève rencontre à Tlemcen. «Tout d’abord, je tiens à saluer votre journal Le Quotidien d’Oran et tous ses lecteurs.

Je suis un lecteur assidu, et j’apprécie beaucoup cet organe d’information. Ensuite, laissez-moi vous dire, que c’est l’humour du rire qui m’a sauvé, et c’est surtout mon public qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, car il m’aimait beaucoup. Pour moi, le rire est un médicament, c’est même une arme contre l’angoisse, le stress et les difficultés quotidiennes de nos vies.

Dès mon enfance, j’avais ce don du rire. Je n’ai pas suivi spécialement des cours de théâtre traditionnel pour être un professionnel du rire, c’est inné ! C’est dans mes gênes ! Le rire a un rôle social. Le rire est dit communicatif. Il ne s’apprend pas, contrairement aux langues. Il faut juste le talent, la ténacité, particulièrement la résistance à l’insuccès et le travail pour réussir ! Quand j’avais 12 ans, j’écoutais beaucoup les émissions qui créent la bonne humeur. Rapidement, dans ma jeunesse, je me suis passionné pour les blagues et le rire. Ça me vient d’un -vœu de me distraire et faire distraire.

C’est cette curiosité-là qui m’a ¬attiré vers l’humour du rire», souligne Abdelkader Secteur (âgé de 58 ans). En 1998, il a commencé par présenter des sketchs lors des fêtes de mariages, fiançailles, anniversaires, réunions familiales et amicales. Il a donc commencé à animer à titre gratuit ses tout premiers spectacles solo. Il traitait notamment du mal de vivre des familles algériennes, du système éducatif, de santé, de religion et de la société.

C’était pour lui des moments inoubliables entre sa famille et ses amis de Ghazaouet. Ses sketchs subtils font de lui la «star» de la ville de Ghazaouet. Puis, en plongeant dans l’univers farfelu et délicieusement absurde de cet art, cet humoriste a tout de suite réussi à produire son premier très beau sketch «Vie de chien» en 2009 dans le spectacle Jamel Comedy Club, qui traite du phénomène de la Harga, qui avait pris de l’ampleur. Il parlait de la vie de ces harraga en Europe, leur manière de vivre, et s’adressait à ces jeunes qui croient qu’en rejoignant l’Europe illégalement, ils trouveront l’Eldorado.

Dans son deuxième spectacle, Abdelkader Secteur fait la comparaison entre le mode de vie des Européens et le mode de vie des Arabes pour inciter au civisme, au respect d’autrui et la bonne éducation. Grâce à son humour ravageur, Abdelkader Secteur a atteint, il faut le dire, une renommée inégalable. Il a ainsi fait ses preuves à l’étranger notamment en France où les émigrés s’arrachaient ses cassettes et ses DVD comme des baguettes de pain. Ses sketchs cartonnent sur Youtube. En 2011, il monte son premier spectacle «Vie de chien» et participe à la première édition du festival «Marrakech du rire», un évènement animé par les stars du rire et suivi de près par des centaines de personnes. «J’ai aussi présenté mes sketches dans des grandes salles de Paris, comme la Cigale, le Bataclan et le Palace. Je présenterai en janvier prochain à Paris ma troisième œuvre «Abdelkader Secteur à la cigale» avec le grand producteur algérien «Kader Aoun» de Paris», nous apprend Abdelkader Secteur. Selon son Manager, Karim El Kebir (un algérien émigré), Abdelkader Secteur entamera dès septembre prochain une grande tournée à Montréal, Boston, et New York, pour régaler les Algériens vivant au Canada et aux Etats-Unis. Convivial jusqu’au bout, Abdelkader Secteur renouvelle ses salutations à tous les lecteurs de notre journal.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
79 queries in 7.947 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5