Musique: L’hommage des siens à Othmane Bali

mardi 20 juin 2017 à 14:21
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

Il a puisé son inspiration de la vie au Sahara, dont il a chanté la beauté durant plus d’une vingtaine d’années, avec ses chansons en arabe, en tamacheq et parfois en français, comme dans la chanson Soyez les bienvenus.
La wilaya d’Illizi a rendu un hommage posthume, samedi dans la soirée, à Othmane Bali, à l’occasion de la commémoration du 12e anniversaire de la disparition de l’artiste targui.

Cette commémoration, qui s’est déroulée à la Maison de la culture qui porte aujourd’hui son nom, a été marquée par la reprise, devant une assistance nombreuse constituée de mélomanes, d’amis du chanteur et des autorités locales, de ses meilleures œuvres artistiques. Le public a beaucoup apprécié les chansons du défunt, reprises par la troupe Tindi Fiziou, sous la houlette de l’artiste Ichendi. Un film documentaire sur le parcours de l’artiste a été également projeté au cours de cette soirée. Une réception a été aussi organisée en l’honneur de membres de la famille de Othmane Bali et qui ont, à l’occasion, exprimé leur fierté quant à l’héritage artistique et musical légué par le chanteur et musicien qui a consacré sa vie à valoriser et représenter l’art targui authentique.

Le wali d’Illizi, Moulati Atallah, dans son intervention, a fait état d’un projet artistique en coordination avec les différentes parties concernées, pour la collecte des œuvres artistiques du défunt chanteur et la préservation de la mémoire artistique de la région, dont Bali était une figure de proue, au regard de tout ce qu’il a apporté à l’art targui, en particulier, et à la culture algérienne, en général.
Par ailleurs, une soirée artistique commémorative a été animée dans le village natal du défunt par des vedettes de la chanson targuie et par ses disciples, à l’instar de Abdallah Mesbahi, Chekkal Ahmed et de Miloudi Mohamed, dit Choughli.

Né en 1953 à Djanet (Illizi), Othmane Bali, de son vrai nom Mebarak Othmani, est auteur, compositeur, interprète et musicien (oud). Il a puisé son inspiration de la vie au Sahara, dont il a chanté la beauté durant plus d’une vingtaine d’années, avec ses chansons en arabe, en tamacheq et parfois en français comme dans la chanson Soyez les bienvenus.

La personnalité artistique d’Othmane Bali était également forgée par l’inspiration de sa mère, la défunte Hadja Khadidjata, elle-même ancienne joueuse de tindi, qui l’a accompagné dans plusieurs de ses voyages à travers le monde. «C’est mon porte-bonheur», disait-il volontiers au sujet de sa mère. Enchaînant en riant : «Elle a déjà fait deux fois le tour du monde avec moi ! Elle m’a même accompagné au Japon !»
Père de cinq enfants dont l’artiste Nabil, Othmane Bali, qui est médecin de formation, est décédé le 17 juin 2005, emporté par les crues de l’oued Djanet. Il a laissé à la postérité de nombreuses œuvres dont les célèbres chansons Amine Amine, Demaâ, Tanemirt In Allah, Yarekdine Ouline. Très apprécié à l’étranger, il a enregistré trois albums avec l’Américain Steve Shehan.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
42 queries in 3,439 seconds.