Clôture en apothéose de la 14ème édition du Festival international Dimajazz.

vendredi 25 novembre 2016 à 16:23
Source de l'article : Huffpostmaghreb.com

La 14ème édition du Festival international, Dimajazz a été clôturée en apothéose, jeudi soir, à la salle Ahmed Bey de Constantine avec le groupe français Nojazz , dans une ambiance funk électro saisissante.

Véritable « bête de scène », le groupe Nojazz a offert au public venu nombreux une prestation musicale explosive inspirée de la soul et du funk des années 1980, accommodée à la sauce électro.

Dans une ambiance électro- funk survoltée, les chanteurs du groupe Jeffrey Mpondo et la dernière recrue Méli ont interprété d’anciens morceauxde leur répertoire : ‘Freedom’,’El primero’ou encore le très oriental ‘Médina’, chaleureusement accueillis.

Les artistes ont également gratifié les festivaliers du Dimajazz de morceaux inédits, tirés de leur futur album « Soul Stimulation » qui sortira prochainement et à en juger l’applaudimètre tout laisse à penser que le succès sera au rendez-vous pour ce nouvel opus.

A la fin du spectacle, Philippe Sellam membre fondateur de Nojazz a déclaré que son groupe et d’abord un projet audacieux où le champ de créativité ne se limite pas à un genre précis expliquant que sa musique est une « invitation
à la fête ».

Cette soirée a également permis au public de redécouvrir le groupe constantinois Smoke qui a merveilleusement assuré la première partie du spectacle . La formation qui avait la lourde tâche d’ouvrir la très attendue soirée de clôture,
a fait vibrer la salle Ahmed Bey et a enchanté le public à travers ses morceaux « Dalila », « Lamouni » et « Fourteen », une chanson clin d’œil à cette 14éme édition du Dimajazz.

Ouvert le 19 novembre courant, le 14ème Festival international de jazz, Dimajazz, organisé pour la 2e année consécutive à la salle Ahmed Bey (3000 places), a débuté avec des airs celtiques saisissants de la troupe The Celtic Social Club, pour proposer, entre autres, l’Afrique dans toutes ses sonorités et sa diversité culturelle magistralement représentées par le Malien Salif Keita.

La soirée purement soul assurée par lÆaméricaine Matha High, la voix du diamant, a marqué les esprits et le passage sur scène de Djamel Sabri dit Djo et son groupe Les Berbères a fait monter l’ambiance de plusieurs crans avec
des rythmes chaoui et du rock.

Le saxo ténor afro-britannique Courtney Pine, le violoniste italien Lucca Ciarla, le pianiste cubain Harold Lopez-Nussa et le bassiste sénégalais Alune Wade ainsi que le groupe algérien Ifrikya Spirit étaient à l’affiche pour cette 14ème édition de Dimajazz et ont offert au public constantinois un voyage de rêve aux confins du jazz, et des musiques caribéenne, cubaine et africaine, accueilli, tout au long des six soirées de cette manifestation, avec des tonnerres d’applaudissements d’une assistance, qui à chacune de ces soirées a réaffirmé que la musique demeure un langage universel.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
27 queries in 0,477 seconds.