21e Salon international du livre d’Alger : 48 pays y participent

lundi 10 octobre 2016 à 9:45
Source de l'article : Letempsdz.com

48  pays prendront part au 21e  Salon international du livre d’Alger (Sila 2016) qui se tiendra du 26 octobre au 5 novembre à Alger, sous le slogan ‘’Le livre : un contact permanent’’, a affirmé samedi à Alger le ministre de la culture, Azeddine Mihoubi.

«Le Sila 2016 verra la participation de 962 éditeurs : 291 algériens et 671 étrangers», a indiqué le ministre de la culture au Forum du quotidien arabophone ‘’El Hiwar’’, précisant que le choix de l’Egypte en tant qu’invité d’honneur intervenait sur la demande de l’Union des éditeurs égyptiens et en reconnaissance de la participation assidue des maisons d’édition égyptiennes à ce salon et à l’intérêt soutenu qu’elles accordent au livre algérien. Le budget de cette édition a baissé de 20%, a précisé le ministre, sans donner de montant, soulignant que l’entrée des visiteurs sera gratuite, à l’instar des précédentes éditions.

Plusieurs festivals internationaux ont opté pour des entrées payantes à un prix symbolique, dont le Fibda 2016 qui prendra fin ce samedi et le 2e  festival du film méditerranéen d’Annaba, qui se poursuivra jusqu’au 12 octobre. A une question sur le contrôle des livres participant au Salon, le ministre a rappelé que «la majorité des éditeurs ont envoyé leurs ouvrages» et que le comité de lecture élargi comprenant plusieurs ministères «les examine actuellement» pour interdire toute publication faisant l’apologie du terrorisme ou incitant à la discorde ou portant atteinte à l’Algérie, insistant sur le fait que son département «ne confisque pas ce type de livres» mais interdit «leur entrée» sur le sol algérien.

M. Mihoubi a annoncé qu’un hommage sera rendu à l’ancien ministre d’Etat, conseiller spécial et représentant personnel du président de la République, Boualem Bessaïeh, décédé à Alger en juillet dernier, rappelant que l’Opéra d’Alger a été baptisé du nom du défunt. Quant au retard accusé dans la réhabilitation de certains sites patrimoniaux à Constantine, qui était prévue dans le cadre de la manifestation Constantine, capitale de la culture arabe, clôturée en avril dernier, le ministre a réaffirmé que la rénovation des sites «est une opération très sensible et minutieuse qui nécessite du temps» pour être «réussie et maîtrisée».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
28 queries in 0,406 seconds.