Audi TT RS, plus de 300ch sous le capot

samedi 27 juin 2009 à 1:07
Source de l'article :

20090625PHOWWW00291.jpgRouler n’est pas jouer et nos grands contempteurs ne ratent jamais une occasion de le rappeler.

Philosophes, sociologues, politiques, ils sont toute une coterie pour laquelle le plaisir au volant n’est même plus suspect, il est tout simplement banni.

Cette école bien pensante, qui sait mieux que quiconque ce qui est bon pour l’individu ou ne l’est pas, paraît avoir un compte à régler avec l’automobile et ­surtout, le plaisir que l’on y prend. Le danger, selon eux, n’est jamais éloigné de la performance.

Avec la sortie de l’Audi TT RS, qui enfonce encore plus profond le clou de la maîtrise au volant, il va leur falloir réviser quelques idées reçues.

Déjà, bon nombre de nouveaux modèles, pourvus de ces aides à la conduite électronique, ont gommé l’essentiel des erreurs humaines qui sont, dans plus de 90 % des cas, à l’origine d’un accident.20090625PHOWWW00344.jpg

Mais avec quatre roues motrices, une carrosserie de coupé ou de roadster au choix et 340 ch piaffants sous le capot, le dernier bijou de la marque aux anneaux se conduit comme une voiture ordinaire.

Mais elle n’a rien de banal naturellement, à commencer par son surclassement RS qui fournit 68 ch de plus que sur l’actuelle TT S. La faute à un cylindre de plus, en fait un bloc 5 cylindres fabriqué en Allemagne pour les besoins de la… Jetta américaine.

Mais comme l’usine rationalise tous ses ensembles cylindres-pistons, on retrouve les éléments mobiles en commun sur bon nombre de moteurs.

Ce groupe n’est donc pas un demi V10 de Gallardo ou d’Audi R8, même si ses cotes internes y font penser.

Le bilan est que ce moteur renvoie au début des années 1980 et des premières Quattro qui utilisaient déjà un 5 cylindres turbo. 200 ch à l’époque, 340 ch aujourd’hui, cela fait un joli 20090625PHOWWW00295.jpgprogrès d’autant qu’il se contente de 9,5 l seulement.

Reine de la reprise

La singularité de ce moteur essence est qu’il délivre son couple maximal dès 1 600 tours, ce qui fait de la RS une reine de la reprise.

Elles sont du genre à vous clouer le bec, tout autant que les accélérations rendues ultra efficaces par la distribution de puissance aux quatre roues qui peut aller jusqu’à 90 % sur l’arrière.

Sur la route, la RS est prodigieuse dans cette faculté à se jouer des aléas de la circulation, la moindre éclaircie autorisant un dépassement éclair.20090625PHOWWW00296.jpg

Tout cela se vit avec un grondement mécanique d’autant plus généreux qu’on aura enclenché la position sport qui ouvre grand les orgues, apporte une réponse immédiate de l’accélérateur et durcit la suspension.

Celle-ci pourra en plus recevoir l’option Magnetic Ride des Corvette et Ferrari, un système adaptant en continu la fermeté des amortisseurs.

Le petit volant ergonomique, avec la base aplatie, joue un duo convaincant avec l’assistance électrique faisant également varier la fermeté.

Quelle part revient à l’électronique ou au châssis dans ce constat louangeur ?

20090625PHOWWW00297.jpgQuelques tours du circuit de Zolder nous ont permis d’aller tâter les limites en toute sécurité mais sans assistances.

Et là, Audi démontre qu’il n’a rien négligé avec une voiture qui se place sur les freins pour s’inscrire en courbe et ressort comme une balle, poussée par sa transmission intégrale.

L’électronique fait donc l’effet de bretelles sur un pantalon déjà ceinturé. Le client aura le choix entre coupé 2 + 2 ou roadster biplace pour l’écrin et l’agrémentera de sièges baquets, de l’échappement sport ou de la suspension Magnetic Ride variable mais l’aileron, fixe ou mobile, est inclus.

Quant au permis de pilote, il est totalement superflu.

La fiche technique

Moteur : 5 cyl. turbo essence, 2 480 cm3

Puissance : 340 ch de 5 400 à 6 500 tr/min20090625PHOWWW00292.jpg

Couple : 450 Nm de 1 600 à 5 300 tr/min

Transmission : 6 vitesses, aux 4 roues

Dimensions : 3 940 × 1 710 × 1 490 mm

Coffre : 295/1 060 dm3

Poids : 1 450 kg (4,3 kg/ch), Roadster : 1 510 kg

Accélérations 0-100 km/h : 4,6 s (R : 4,7)

Vitesse : 250 km/h (débridée : 280)20090625PHOWWW00294.jpg

Consommation : 9,2 l (R : 9,5)

Émissions CO2 : 214 g/km (R : 221), malus : + 1600 eur

BIEN VU : efficacité routière imparable, moteur disponible et surpuissant, coupé 2 + 2, roadster à capote semi-rigide découvrable en 12 secondes, finition splendide.

À REVOIR : conduite relativement aseptisée.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
48 queries in 4,229 seconds.