Une aide de 4 millions de dinars occtoyés à Asma Resp par l'UE

dimanche 7 juin 2009 à 10:14
Source de l'article :

« L’Union européenne nous a octroyé une enveloppe de 4 millions de dinars, qui nous permettra l’achat de 40 nouveaux concentrateurs d’oxygène », a déclaré Sabiha Lamoudi, secrétaire générale de l’Association algérienne de solidarité aux malades d’insuffisance, Asma Resp, lors d’une conférence de presse organisée, hier, par le Forum d’El Moudjahid, à Alger.

La rencontre, qui survient à la veille de la Journée nationale de l’asthme, a été l’occasion pour les membres de l’association d’évoquer le réseau d’assistance à domicile aux malades d’insuffisance respiratoire, mis en place par l’association.

Ils ont abordé également les problèmes que rencontrent ces malades. À cet effet, le professeur Samia Taright, responsable médicale de l’association dira que « selon une étude réalisée en 2008, l’asthme est une maladie qui touche près de 4% de la population algérienne », tout en ajoutant qu’à ce jour « nous n’avons aucune donnée officielle disponible concernant le taux de mortalité dû à cette maladie ».

Elle a indiqué toutefois que « les jeunes meurent beaucoup plus de cette maladie ». Le Pr Taright a assuré que « le coût de la prise en charge de l’asthme à lui seul dépasse le coût de la prise en charge du Sida et de la tuberculose réunis ».

L’invitée d’El Moudjahid a fait savoir que « théoriquement la prise en charge de l’asthmatique en Algérie est bien ancrée, mais le terrain c’est une autre paire de manches », en faisant référence au carnet tiers payant et à la carte de démuni.

Elle dira à ce propos que « c’est vrai que l’obtention du carnet tiers payant ou de la carte de démuni relève du parcours du combattant surtout pour la constitution du dossier ». « Même constat pour l’obtention d’un concentrateur d’oxygène.

Les appareils sont vendus à des prix exorbitants et pour ce qui est de la location, les appareils sont cédés à 600 DA la semaine », précise le Pr Taright. À propos du manque de maison des asthmatiques, M. Lamoudi dira que « c’est une bonne chose, car nous volons que l’asthmatique évolue dans l’environnement familial.

L’asthme n’est pas un handicap ». Le Pr Taright a soulevé la question de la bronchopneumopathie chronique obstructure (BPCO), qui fait partie des maladies respiratoires et qui « risque de s’accroître davantage en Algérie, car elle touche beaucoup plus les fumeurs ».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
25 queries in 4,819 seconds.