LunarGlide+ 6 Nike
Mercredi 19 septembre à 21:37
l echo d'Orant
Un gréviste de la faim, ancien repris de justice, au centre d’une polémique L’éradication de l’informel a failli déraper à Maraval

Un gréviste de la faim, ancien repris de justice, au centre d’une polémique L’éradication de l’informel a failli déraper à Maraval

Hier, alors que rien ne le présageait, l’opération de démantèlement du site de commerce informel à Maraval, a failli dégénérer. Quelques minutes plus tôt, le siège de la sûreté urbaine d’El Othmania (ex-Maraval), fut envahi par une foule en colère qui s’en est prise au portail du bâtiment, ce qui a nécessité l’intervention des policiers présents sur les lieux.

Au niveau de la cour du commissariat, nous avons remarqué un attroupement de jeunes en train de s’échauffer. Certains étaient de bonne foi et tentaient d’expliquer leur situation, d’autres, excités, promettaient de recourir à la violence.

Ainsi, certains commerçants qui activaient au niveau de la voie publique à proximité de la gare routière de Yaghmoracen, ont été priés d’évacuer les lieux après avoir reçu les explications nécessaires de la part des autorités, ce que reconnaissent les mécontents rencontrés sur place. «Nous voulons travailler honnêtement.

Certains d’entre-nous ont des antécédents judiciaires. Nous avons décidé de nous ranger, croyant en la promesse d’aide des pouvoirs publics. L’homme qui git allongé au commissariat, est un ancien repris de justice qui a préféré se ranger. Il s’est marié et vient d’avoir un nouveau-né.

Il travaillait tranquillement, quand cette opération est survenue. Il est là depuis le 14 septembre passé, personne n’a fait attention à lui. «Personne ne veut nous écouter et nous pensons que le temps est venu pour passer à l’acte afin qu’on vienne nous voir», diront-ils. Une personne présente a recommandé au groupe de désigner un comité de sages et d’aller voir le maire, une proposition qu’ils ont acceptée.

LES RESPONSABLES SE DISENT COMPRÉHENSIFS MAIS…

Joint par téléphone, le maire d’Oran, M. Hassam Zineddine, a déclaré qu’il était au courant du problème, puisqu’il avait rencontré ces personnes et fait des propositions à ceux qui étaient concernés. Ces propositions sont diverses et variées et il ne s’agit pas de favoriser un groupe de personnes au détriment d’un autre. «Nous comprenons leur problème.

Le fait est qu’ils exercent dans l’illégalité puisqu’il s’agit d’informel. Nous sommes en train de faire un recensement des moyens et des infrastructures dont nous disposons. Je sais qu’ils viennent de saccager un bien public, je vais aller de ce pas déposer une plainte».

De son côté, le chef de daïra d’Oran, M. Bouchamma Mohamed précisera : «C’est toute la wilaya qui est concernée et non pas ces jeunes seulement. Nous avons expliqué la chose et nous avons rencontré une grande coopération de la part des commerçants de Toro. Le marché des Mimosas à Cité Petit a été éradiqué, à Saint Pierre quelques récalcitrants résistent et nous sommes sur le point d’aller les voir (hier mercredi, ndlr). Nous sommes conscients qu’il s’agit d’une opération délicate mais nous avons besoin du soutien des citoyens car force est à la loi», dira-t-il.

S’agissant du gréviste, M. Bouchamma a confié que des propositions lui ont été faites comme être employé dans le cadre du DAIP, pour parer au plus pressé, en attendant que le recensement aboutisse. «Il a refusé toutes nos offres et a exigé un kiosque, une proposition que nous jugeons irraisonnable».

H.D

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source

articles similaires Algérie360
articles similaires Algérie360

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook