Dimanche 27 février à 14:59
DNA-algerie
Skikda : Des travailleurs d’une filiale de Sonatrach en grève

Skikda : Des travailleurs d’une filiale de Sonatrach en grève

Des centaines de travailleurs de la société de maintenance industrielle de Skikda ( SOMIK), une filiale de Sonatrach, ont observé dimanche 27 février un sit-in de protestation devant le siège de l’entreprise, sis dans la zone industrielle de cet ville de l’Est d’Algérie, a appris DNA, auprès des travailleurs sur place.

Un important dispositif policier a bouclé la zone industrielle de la ville dès les premières heures de la matinée. Toutefois aucun dérapage n’est à signaler. Les protestataires, en grève depuis mercredi 16 février, exigent notamment la réintégration des travailleurs suspendus (300 environs), la fin des licenciements ainsi que le départ de l’actuel DG et de son staff, accusés de mauvaise gestion.

« Des travailleurs ont été licencié après plus de 15 ans de bons et loyaux services. C’est injuste », fustige un travailleur de la SOMIK, père de famille, joint par téléphone.

Cette filiale de la compagnie pétrolière publique a entamé son plan de licenciement des travailleurs depuis 3 mois, rappellent les protestataires

Ces derniers réclament leurs salaires. « Cela fait deux mois que nous n’avons pas perçu nos salaires. Ou est passé l’argent de la société ? », s’interroge un des grévistes.

Aucun responsable locale n’a daigné recevoir les grévistes pour entendre leurs doléances. « Il n’y a personne pour nous recevoir, ni le directeur de la société, ni la wali (préfet ). Même, les responsables de la section syndicale affiliée à l’UGTA, censée défendre nos droits, nous ont lâché. Nous sommes livrés à nous-mêmes », dénonce un travailleur de la SOMIK.

Les membres du Comité national pour la défense des droits des chômeurs de la ville de Skikda qui a exprimé sa solidarité avec les travailleurs ont été empêchés par la police d’accéder à la zone industrielle.

« La police nous a interdit d’y accéder sous prétexte que nous ne sommes pas des travailleurs de l’entreprise. Les banderoles ont été confisquées et déchirées », confie Lâamri Riadh, coordinateur du comité.

Se disant affligés par le « mépris » des autorités, les grévistes de la SOMIK promettent de poursuivre leur mouvement de grève jusqu’à la satisfaction entière de leur revendication.

Créée le 5 mai 1991, la SOMIK est une entreprise de maintenance industrielle dédiée au pôle hydrocarbures de Sonatrach à Skikda.

articles similaires Algérie360

Recherche d'offres d'emploi

articles similaires Algérie360

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook